Une année qui finit. Une messe de minuit à "little Haïti":Les deux derniers santons qui nous présentent aux autres, à leurs amis. Une veillée, des chants, une messe : mélange d'américain, d'espagnol et de créole. Une famille qui se retrouve autour d'une Autre Famille et d'un Autre Berceau.

Quelques promenades encore et des souvenirs qu'on engrange. La saveur des doux moments d'avant un trop long temps de séparation. Une famille qu'on aime à retrouver, à recomposer, a enrichir, qu'on redécouvre encore et qui nous émerveille chaque jour davantage.

Puis le retour, un peu trop agité, un peu trop décalé, un peu trop tardif où tout semblait se conjuguer pour les retenir. Puis finalement l'arrivée, puis les bagages perdus et retrouvés. Puis le retour sur les blogs amis, puis les vœux, puis les amis retrouvés : un petit réveillon a quatre en douceur, en amitié. Et ces chers accents retrouvés. Ceux des voix et ceux du clavier, redevenu capable.

Et cette cheminée revue qui a chauffé sans cesse une autre famille rassemblée : le bonheur d'avoir fait, bonheur de l'artisan.

Et une année qui recommence. des envies de faire bien ou en tout cas de faire mieux. De mieux apprendre, de mieux connaître, de mieux sentir, de mieux écrire, de mieux partager. Des résolutions qu'on se fait, qu'on préfère taire. Certaines seront tenues, quelques unes, rares. D'autres seront abandonnées, oubliées, délaissées, reprises.

Et ce sera bien. Et ce sera la vie. Et ce sera le temps qui passe. Et que cette année à nouveau on écrira. Et ces mots qu'on lira ailleurs, qu'on aimera, qu'on commentera. Et ces écritures sans visages qu'on se prend à aimer. Ces inconnu(e)s qui se découvrent peu à peu. qui se livrent...ou pas; et qu'on se prend aussi à aimer. Qui partagent ce qu'ils aiment, ce qu'ils ressentent, ce qu'ils écrivent, ce qu'ils dessinent, ce qu'ils fabriquent, ce qu'ils chantent, ce qu'ils écoutent,ce qu'ils photographient.

Et puis ce bien qui se fait, ces mots que l'on partage. Ces émotions qui se croisent. Certains blogs se tairont demain pour un temps ou à jamais, d'autres blogs naîtront de ces cendres, phénix d'Internet.

Et déjà le pardon qu'on sollicite de ne pouvoir répondre à toutes les attentions, à toutes les écritures. Ces mots reçus qu'on ne renvoie pas. On aimerait toujours avoir, en face d'une signature, un nom, une adresse et pouvoir au moins de temps en temps faire un signe, un clin d’œil, un clin de cœur. S'il vous plaît de laisser une trace, un nom, une adresse

Et tout ça qui me donne envie de vous souhaiter à tou(te)s, (même si c'est très banal), tous mes vœux pour tout ce que vous souhaitez, pour tous ceux que vous aimez. Que cette année soit douce ! Et béni soit l'usage de se souhaiter le bien et de maudire le mal, qu'on renouvelle ainsi à chaque 1 er janvier.

J'ai hâte de vous lire ! Je vous souhaite aussi une très bonne journée.