25 novembre 2012

Un dimanche soir d'automne

C'est un dimanche soir d'automne. Il pleut. La nuit est déjà là. Ce matin on a ramassé les dernières feuilles des arbres du jardin. Ils ont pris leur allure d'hiver, des grands squelettes nus. Le brouillard ce matin ne voulait pas monter les contreforts du Ventoux. Il s'obstinait à rester au sol. Lorsque sonna midi, il était encore là. Vite allumé, un des premiers feux dans la maison un peu humide. Un déjeuner rapide.Puis laisser venir doucement le sommeil. On se réveille. on prend un livre : des nouvelles de Maupassant. Un régal. Des... [Lire la suite]
Posté par Author à 18:21 - Commentaires [8] - Permalien [#]

22 novembre 2012

Les temps du jour

C'est fait. Le sommeil est terminé. Tu ignores pourquoi. Tu ne sais pas ce qui t'a réveillé. D'ailleurs il est rare que tu le saches à l'exception de ces matins où tu te réveilles en nage, affolé sortant d'un cauchemar...mais Dieu merci ! que ces matins sont rares. Tu n'essaies d'ailleurs pas de savoir pourquoi. Tu éclaires un instant fugace, le temps de regarder l'heure sur le réveil. Tu te dis une fois de plus qu'il faudra que tu achètes un réveil qui ne t'oblige pas à risquer de la réveiller. Tu regardes à ta droite. Elle dort,... [Lire la suite]
Posté par Author à 06:52 - Commentaires [6] - Permalien [#]
11 novembre 2012

Providence

Très chère Madame la Providence, Il y a bien longtemps que j'ai envie de vous écrire ce mot et ce matin vous avez bien du le sentir. Cette pluie bien lourde qui arrose ma Provence  et ma maison et qui me fait sortir du lit. Une inquiétude, le bruit de l'eau. Une fuite ? Dans ces toits bien anciens les longues pluies d'automne trouvent bien des chemins et on a beau chercher, petits hommes que nous sommes, jamais nous ne  les découvrons. L'escalier qu'on descend, la lampe redécouverte et réparée hier qu'on essaie à nouveau et... [Lire la suite]
Posté par Author à 07:23 - Commentaires [13] - Permalien [#]
09 novembre 2012

Regain

Mon cher Hercule Savinien, C'est encore à toi que je m'adresse, car tu sais, mon cousin, bien comprendre et sentir mes états d'âme. J'ai envie de ne pas te parler des semaines que je viens de vivre, non pas qu'elles fussent tristes, mais simplement parce que le jeu du travail m'a tellement absorbé que je n'avais plus de temps pour rien. Tu me diras que, si j'aime mon travail, ce n'est pas un problème et tu auras certainement raison. On aimerait juste parfois que tout ne soit que satisfaction, que rien ne semble imparfait, que chacun... [Lire la suite]
Posté par Author à 08:52 - Commentaires [5] - Permalien [#]