"En remontant la rivière, tu arriveras à une sorte de nid d'aigle sur lequel a été bâti un château...".

C'est là que nous avons passé la journée de dimanche. Pardonne-moi, ami lecteur, si je t'ai déjà parlé de l'endroit mais je dois dire qu'il m'attire et me fascine à la fois.
C'était un dimanche un peu particulier. Nous avions passé trois jours à travailler d'arrache-pied pour apprêter la maison à l'arrivée de nos enfants-estivants.
 Levé tôt , j'allais au jardin arroser et cueillir quelques légumes pour en faire profiter mes co-locataire de cet espace ...d'abondance. J'en profitai pour surveiller du coin de l'œil les autres fruits et légumes qui commencent à pointer leurs nez : J'aimerais  trop qu'ils soient à point pour les cueillir avec mes petits-enfants.
Puis nous partîmes là-bas, munis d'un plat à partager et d'une bouteille de vin pour rejoindre de nombreux amis...et quelques inconnus. 
Une longue route par ce chemin des écoliers qui serpente au pied du Ventoux, le contourne pour arriver au but. Sur le chemin, nous avons croisé deux petites biches, nous sommes passés du bleu profond du Lavandin de nos plaines au bleu léger de la lavande des plateaux, nous avons traversé des villages tous plus charmants les uns que les autres encore endormis ou juste paresseux. La fin de la route longe un moment la rivière et d'un seul coup remonte vers le château.
Celui-ci avec sa grande tour se donne encore un peu des allures de forteresse. Il a beaucoup souffert du temps. Depuis le 12 ème siècle, plusieurs fois détruit, puis rebâti il est parvenu à notre époque  pour profiter de l'amour de ses actuels occupants. Descendants des fondateurs et des re-bâtisseurs ils ont pris le goût et le virus de ce bel endroit. Il faut les écouter parler de leurs travaux, de leurs projets, de leurs espoirs. 
Ce n'est pas une mince affaire que de monter des dossiers de restaurations, chercher l'argent et les autorisations, organiser des visites et que sais-je d'autre encore ? 
Une invitation familiale. De nombreux amis. Nous retrouvons là beaucoup de gens connus, d'autres perdus de vue, ou même des voisins que nous ne croisons guère bien que vivants à moins de 100 m de chez nous. 
J'aime ces rassemblements. Une certaine forme d'anonymat qui fait qu'on peut à peine croiser certains ou prendre du temps avec ceux que l'on veut et parfois le hasard d'une table fait naître des rencontres inattendues et fructueuses.  
Un long apéritif, un repas animé et bruyant, une visite organisée du château. A seize heures une messe est organisée dans la petite chapelle. S'y retrouvent ceux qui veulent. Une toute petite chapelle, un tout petit village, qui se donne des allures de grand avec sa  chapelle, sa mairie et son mini conseil municipal. 
On sent que l'hiver y est rude à voir ses grandes forêts de pins noirs. Mais l'été y est plus frais que dans la plaine et c'est bien agréable. 
 Le ruisseau qui serpente en bas porte bien son nom en provençal : le "tout ou rien", petit filet d'eau qui deviendra torrent aux grosses pluies de septembre. 
Cet endroit on n'y vient pas par hasard. On le mérite. On le cherche. Ensuite c'est une sorte d'alchimie qui fonctionne ou pas. Pour moi, elle a bien fonctionné et je crois que l'endroit servira de refuge à mes rêves.
Un bon dimanche.
s'il arrivait que l'amie qui nous invitât  passe sur ce blog,  qu'elle soit remerciée de cette bonne journée. 
Bonne journée à toi aussi, ami lecteur. Profite bien de cet été chaud.