image

On pénètre dans le domaine. Quelques maisons entourent en hameau un petit château du 19ème siècle, un de ces relais de chasse parsemés dans ces forêts giboyeuses. L'ensemble est charmant sous la neige, juste éclairé par la lumière des phares. Une des maisons est éclairée et on entend des voix. Un panneau nous guide vers une de ces petites maisons de bois qui doit nous accueillir pour deux nuits. Nous installons nos bagages, dînons rapidement et partons à pied vers la maison éclairée. Quelques grosses voitures indiquent la présence de familles.

Les premiers cousins sont là. Les frères et soeurs de la mariée ont réservé la bâtisse et un joyeux désordre règne. Les enfants s'en donnent à coeur joie trop contents d'avoir échappé à un coucher ordinaire. Un nourrisson est là aussi, âgé d'un peu plus d'une semaine dans les bras d'un papa ému. Les autres parents entourent un feu de bois. On s'embrasse. On se raconte un peu. On prend des nouvelles des uns et des autres. Il est tard quand on décide de se séparer. Les enfants les plus vaillants qui avaient fini par s'endormir en écoutant les "grands" sont remontés dans les chambres dans les bras de leurs parents. Et nous regagnons notre gîte.

Le matin du samedi les chalets avoisinants se remplissent d'autres familles. On sera très nombreux pour cette fête. Inutile de dire le plaisir des retrouvailles, les préparatifs. Le paysage est couvert de neige mais un soleil joyeux donne à l'ensemble de maisons un air de fête. 

Et là, il faut que je vous parle d'une petite Colombe, une charmante petite nièce. C'est la plus grande d'une petite troupe qui joue à la neige avec un des plus jeunes oncles. Je la prend a part : " Aimerais-tu une récompense à partager avec tes cousins ? Oui ! Et bien si vous couvrez de boules de neige votre oncle, je vous promets une belle surprise." Puis appelé ailleurs, j'oublie, et la petite fille et l'oncle et les boules de neige.

La messe de mariage a lieu a quelques kilomètres de là. Nous nous préparons chacun de notre côté et nous apprêtons à partir. Au moment de monter dans la voiture, je vois un petit visage espiègle se pointer vers moi. "Oncle Jacques ! Nous avons envoyé plein de boules de neige sur oncle J.. C'est quoi la surprise?" Je réalise alors que je n'ai rien et qu'il me faudra faire un détour pour trouver cette récompense.

(Je raconterai plus tard la messe, la mariée, la belle cérémonie). A la fin j'appelai Colombe qui me suivit avec la petite troupe qu'elle avait constituée en quelques heures. Parvenu à la voiture je leur remis deux paquets de bonbons à se partager le lendemain. Promesse tenue. Je leur demandais simplement de garder le secret et de n'ouvrir la récompense que le lendemain...ceux qu'ils firent (en tous cas je veux le croire).

Pourquoi je vous raconte cette petite histoire bien insignifiante ? Pour essayer de vous faire partager une des grâces de ces rassemblements familiaux. La fortune n'est pas toujours au bord du chemin mais mille petites aventures ainsi vécues donnent à la vie une saveur tellement délicieuse qu'on ne les oublie pas et qu'elle gravent  au fond des coeurs des traces indélébiles. Le principal bénéficiaire de ce petit bonheur fut certainement votre serviteur.

Je raconterai demain la belle céremonie, les choses un peu plus sages mais je ne voulais pas oublier cette petite princesse.

Bonne journée...et à demain.