image

 

Dans la maison encore endormie seul sont levés l'auteur de ces lignes et un petit lapin roux assis à l'autre extrémité du canapé.
Un papa courageux a bien tenté de laisser le dernier enfant,muni d'un biberon, mais a renoncé devant les cris de l'enfant qui avait choisi le confort du lit parental.

Quelque part au milieu de la France, une jeune femme se prépare à déménager avec des amis de bonne volonté et un frère opportunément de passage en France.
Un autre enfant est à Paris. Que fait-il en ce moment ? Quels sont ses projets ?
Les enfants demeurent à toute âge une source d'intérêt, un rappel permanent de mémoire.
Nous partirons ce matin vers l'aéroport, plus riche d'une semaine chargée en souvenirs et en moments de vie. Le grand appartement traversé par le jour me donne une si belle lumière qu'on comprend mieux alors les peintres de ce pays.
Ces belles façades de briques, percées de grande baies vitrées, alignées comme à la parade, ouvertes sur des intérieurs élégants ont un charme qui me plait.
Parfois le sable qui les soutient se dérobe et rappelle par des verticales devenues un peu obliques qui leur donnent un petit côté rebelle qui fait du bien dans tout cet ordre apparent.
Nous avons bénéficié d'une semaine radieuse en espérant ne pas avoir dilapidé en si peu de temps tout le capital de beau temps de ce pays qui le dispense au compte-gouttes (expression adaptée à ce pays de pluies quasi-quotidiennes).
Notre vie "ordinaire" nous attend avec d'autres bonheurs à cueillir, d'autres moments à vivre.
Déjeuner, préparer les valises, un train pour l'aéroport, un avion, une auto qui nous attend, une maison où trois petites filles et leurs parents auront passé quelques jours dans un sud retrouvé.
Et dès demain replonger dans cette Provence qu'on habite et qui nous habite. Un autre ciel, une autre qualité de soleil et de lumière.
Mais je reste fasciné par la lumière de ces ciels souvent gris qui semblent être capable de faire naitre la couleur.
Bonne journée, ami lecteur, et bon week-end.