image

C'est une autre forme de lumière que je contemple ce matin. Celle du soleil levant qui vient de la Rue principale, traverse d'abord une impasse et puis mon jardin et qui vient projeter les ombres de mon arbre et de quelques arbustes sur le mur de chaux blanche de mon hangar.

Un autre pays, une autre forme de lumière. En une semaine le lilas s'est couvert de fleurs blanches, les feuilles du mûrier de Chine se sont complètement ouvertes et la vigne court sur les fils.
Hier dans la maison silencieuse quelques jolis dessins laissés par les petites filles qui avaient séjourné là pendant notre absence, quelques bonnes bouteilles laissées par leurs parents, un gentil mot : le bonheur de savoir qu'en notre absence la maison à abrité d'autres sourires, d'autres bonheurs.
J'avais envie de paresse, de samedi prolongé, de sieste. Je voulais terminer un livre de vacances, un livre sans histoire, un livre qui prend ses distances avec le monde, avec les hommes, avec le rythme prétendument fou de la planète.
Mais ce fut vite fini. La sieste ne dura pas. Du livre il ne le restait que quelques pages et déjà l'appel de tout ce qu'il restait à faire. Le jardin, la piscine à remettre en état, la vie qui doit renaître.
Plus haut dans le Beaujolais, le déménagement de ma fille s'est terminé. Une équipe d'hommes courageux est allée l'aider et la belle maison s'est endormie pleine de bonheur...mais sans électricité. J'aime à savoir présents les amis de nos enfants. Nos propres amis ont eu tant d'importance pour nous que c'est ce plus grand bien que je leur souhaite. J'aime à les connaitre, à les savoir là quand il faut.
Ce que je ferai aujourd'hui, je l'ignore encore. J'avais envie de plage, avant qu'elle ne soient occupées par les touristes. Mais ce sont les vacances de printemps et ce n'est pas à l'ordre du jour.
Je suis revenu avec plein d'envies, de décors aperçus , de commandes aussi ("Grand-père, vous ferez un enclos pour Biscuit ? -c'est un petit lapin- il faudra qu'il soit bien. Vous le garderez pendant tout le temps où cet été nous serons en France.)
Bien sûr que je le ferai cet enclos pour le protéger des chats...et parfois aussi un peu d'eux-mêmes. ;-)
Donc aujourd'hui n'est pas fixé. La messe animera le dimanche matin. Le reste...je ne sais pas encore.
J'avais envie de commencer ce reste par ce petit billet.
Bon dimanche.

Ps : les merles revenus, et quelques autres oiseaux peut-être, s'en donnent à coeur-joie en ce moment dans le jardin. Le village est calme.