Le sentiment que le temps passe trop vite, que le ciel est trop chargé de pluie pour une fin de printemps. L'envie de voir plus souvent ceux qu'on aime. Un sentiment un peu flou d'inutilité. L'impression que ce qu'on fait, ou que ce qu'on a fait, n'a pas grande importance. Se sentir maladroit, les pieds lourds, sans talent. 

Et ce gros besoin de sommeil qui arrive trop souvent sans pouvoir le maitriser.
Se sentir trop lourd, gaucher, myope, maladroit.
L'impression de ne savoir être utile que par le travail.
L'incapacité de prier.
Les angoisses et les impatiences de la petite enfance ou de l'adolescence.
Le corps trop vite épuisé aux travaux du jardin.

États d'âmes de nanti, impatiences de gosse de riche mal élevé.

Savoir pourtant que tout cela n'a pas grande importance et se dire que les bonheurs d'aujourd'hui, "Sa" présence patiente à mes côtés, le sentiment d'être aimé au Ciel par Quelqu'un d'infiniment plus grand effaceront en un instant toutes ses ombres.

Allez! Debout mon ami Jacques ! En avant ! Courage ! Avant que de ne devenir paresseux.
Et toi, ami lecteur, je te demande humblement de partager  aussi ce moment de faiblesse.

image