DB76A52C-9832-4F19-9A51-7D5D33CEC1C9

....domine la scène. La maison est magnifique et les invités sont nombreux. A un début de semaine au temps menaçant a succédé un samedi radieux et lumineux. Les tentes sont dressées et le parking ne sera pas boueux.

Mais ce qui est important et même essentiel aujourd’hui  c’est ce petit couple tout neuf. L’aîné d’une famille d’amis épouse la benjamine d’une autre famille d’amis. Des ces familles qu’on suit depuis si longtemps et qui sont si proches qu’il m’est difficile de dire dans l’assemblée quels sont les amis, les voisins, les cousins.

Elle en a vu des fêtes cette belle maison à l’allure fière qui, depuis des siècles, surveille la belle plaine au pied de ces collines qui précédent le Ventoux. 

Elle en a vu des rassemblements d’amitiés. On y est tellement chez soi. Une maison  ouverte quand tout va bien...et encore plus ouverte quand vient le temps des épreuves. 

Les tentes sont dressées sur le grand champ au sud, entre les cerisiers et les vignes. Nombreux ont été ceux qui ont participé aux préparatifs. C’est ainsi que sont les fêtes chez nous. Elles commencent aux préparatifs et se terminent avec le dernier démontage. 

La veille, dans le jardin, une petite Rose toute blonde partageait avec une petite Octavie aux boucles d’or aussi,  de ces secrets d’enfants qu’on aime à surprendre et à écouter. Pendant qu’un Aurélien, déjà un petit homme, aidait l’homme qui écrit ces lignes à préparer le parking et se renseignait sur l’histoire des amitiés si anciennes de toutes ces familles rassemblées.

On pourrait ainsi raconter mille de ces petites histoires qui se tissent jour après jour dans nos communautés.

Mais revenons à nos deux jeunes mariés : elle, jolie comme un cœur et lui, fier de ce trésor qui venait de lui confier et qu’il aurait à protéger et à défendre.

Le monde pour eux s’est arrêté. C’est LEUR histoire qui commence et c’est ce qui est très important aujourd’hui. Les discours se succèdent, drôles, attendrissants, émouvants. La tendresse des frères et sœurs, des témoins, des amis.

Dans la belle et grande église voisine on avait peine à se tenir tant il y avait de monde. Une belle cérémonie aux chants merveilleux repris par chacun. Une foi partagée établie, comme ancrée dans ces terres. Un sermon brillant et délicat à la fois. Car si la foi a ici sa place ....l’intelligence aussi.

Un mariage le matin c’est aussi la promesse d’une journée d’amitié partagée.

On aura le temps de voir les amis, parfois venus de loin. Il est difficile de quitter les grandes tables à la fin du repas et il fait déjà nuit lorsqu’on rejoint les braseros près de la piste de danse. Les plus anciens rentrent sagement, d’autres, plus jeunes, les remplaceront autour des feux.

Ils ne sont plus nombreux ceux de la génération qui nous précèdent. Mais l’un d’entre eux est là que j’ai plaisir à retrouver, un grand-père tendre et ému, qui fut de ceux qui nous montraient le chemin à l’heure où c’était nos familles qui démarraient.

Ces fêtes sont aussi l’occasion de retrouvailles familiales. Il y a là des frères et sœurs et des neveux et nièces. Certains dormiront chez nous, une occasion de retrouvailles plus longues, de partager encore sur nos vies, nos familles, nos enfants. On n’a que trop peu de temps à ces retrouvailles.

Demain le cercle sera plus restreint, les familles et les amis les plus lointains continueront un peu l’esprit de cette fête. 

Il est bien là, l’esprit des grandes familles. Joie d’une histoire qui se construit. Reconnaissance de tous ces bienfaits reçus. Promesse de solidarité et de fraternité partagées dans les épreuves qui sont passées et qui passeront aussi.

Au loin le Ventoux domine la scène, à quelques centaines de mètres de là, des moines prient dans une belle abbaye. C’est l’heure où l’on ramasse les premières olives. Hier et demain dans les cerisiers et les vignes travailleront les hommes qui gagneront leur pain quotidien. 

Et dans les Cieux, Le Bon Dieu, sans qui rien de tout ça n’existerait, anime tout ce monde avec bienveillance et près de lui on imagine sans peine les visages aimés de ceux qui nous ont précédés dans ces familles.

Voilà ami lecteur le quotidien des joies des femmes et des hommes tels que j’aimerais plus souvent en parler.

Longue vie à ce jeune couple et milles bénédictions sur leur nouvelle famille !