...

1C61BCA2-D444-4504-B1D1-CBF803FECC79

Dernier jour de vacances. Dans cet autre « bout de France » il fait très beau pour ces derniers moments. Nous allons passer le réveillon dans l’avion mais il serait bien difficile de ne pas se considérer comme des privilégiés. 

Plus de deux longues semaines passées dans ce département que nous avons aimé apprendre à connaître. Plus de deux longues semaines à explorer ce territoire, à découvrir son histoire, sa géographie, sa botanique, ses plages, sa faune, ses montagnes. Regarder en silence la vie de ses habitants.

Profiter de l’exploration préalable d’un fils curieux de ce qui l’entoure. Bénéficier de l’hospitalité de ses amis du bout du monde. 

Hier la plus grosse partie de la famille a retrouvé la métropole et le froid mais aussi la douceur du retour vers d’autres cieux plus connus.

Dans quelques jours notre fils partira à nouveau vers le pôle sud, un autre « encore plus loin ».

Hier à l’église c’était le dimanche de la « Sainte Famille ». Comment ne pas y voir un clin d’œil à ces retrouvailles. Il nous manquait le benjamin parti tenter sa chance dans un autre continent lointain mais nous avons pu échanger avec lui à l’autre bout de la terre.

Que sera demain ? « Je ne sais. Nul ne sait. Dieu le sait. ». 

Demain sera une autre année qui commence. Demain sera le retour en France. Demain sera une autre façon de vivre dans un autre endroit.

Demain sera ce cycle de prières sans fin, même si elles sont maladroites entre les remerciements et actions de grâces, la louange pour elle-même de Celui sans qui tout cela ne serait pas, et les demandes insistantes pour tout ce qui ne se passe pas comme on le souhaiterait. Je pense surtout à nos amis malades et à ceux qui « galèrent. ».

La vie a ses duretés, la vie a ses bonheurs et il serait bien ingrat de ne pas remercier.

La maison dort encore. La maison dort souvent lorsque le Bon Dieu me fait son premier clin d’œil du réveil. On entend des bruits de basses-cours à quelques mètres du centre-ville. Je regarde les grands arbres des jardins voisins et un ciel d’azur. Il y a beaucoup de douceur qui passe en ce moment dans mon cœur.

Et si demain je retrouve un monde plus difficile, dans cette métropole qui ne vit pas trop bien en ce moment, où trop de gens s’inquiètent de leur présent et de leur avenir, où trop souvent l’égoïsme a remplacé la solidarité et l’équilibre nécessaire, ce sera plus fort de ces quelques jours.

Ce n’est pas encore l’heure des vœux. J’attendrai donc un peu. Mais au moment de te quitter, ami lecteur qui m’a accompagné dans ce voyage, je veux te souhaiter une dernière bonne journée...et un bon réveillon.

Je t’embrasse.