Mon petit jardinet...

 

163A451D-D6E9-48B4-ABCA-8C4520A760F6

...au milieu du village a du mal à attraper la lumière du soleil en hiver. Il est le résultat de la disparition de plusieurs maisons au cours des siècles et le sol est surtout formé de gravats que recouvre juste un peu de terre. Autant dire que toutes les conditions ne sont pas rassemblées pour le rendre beau. Aussi quand je vois sortir les premières fleurs sur mes petites pelouses ou que j’entends les chants d’oiseaux dans les arbres je me réjouis vraiment.

J’ai cette année multiplié les variétés de fleurs de printemps. J’ai acheté au marché de Gouda une belles variété de bulbes de tulipes et de narcisses qui s’ajoutent à celles des années passées. Elle se réveillent au fur et à mesure que le soleil se relève dans le ciel. Les premières qui sortent sont juste devant la maison. Ce sont des jonquilles et des narcisses qui sont venues s’ajouter aux crocus plantes l’an dernier. Les tulipes ne montrent encore que le bout de leurs feuilles.

C’est un vrai bonheur que de voir ces couleurs éclater en entendant les premiers chants d’oiseaux. Il est bien rare que je ne sois pas debout assez tôt pour voir le jour se lever et j’aime plus que tout que cette lumière vienne peu à peu se substituer à celles des lampes de mon salon.

J’ai terminé le rangement de mon atelier et le jardin n’est plus le grand capharnaüm des ces dernières semaines. J’ai même aussi planté hier quelques salades. Et ma parcelle de jardin familial à l’orée du village se prépare aux premiers semis.

Bref, c’est le printemps qui vient à point pour réchauffer les corps et les cœurs.

Aujourd’hui sera un jour de « mairie ». Il faudra décider ensemble des dernières propositions d’embellissement de notre centre du village. J’aimerais tant qu’il retrouve de l’éclat et qu’y revienne davantage de vie, de rencontres, de flâneries, de fêtes.

Notre temps est trop celui de l’isolement et de la solitude. Si ces aménagements pouvaient redonner quelques occasions de rencontres et de partages, je serai le plus heureux des hommes.

Je me faisais ces réflexions hier durant  cette petite heure hebdomadaire où je suis « le gardien » de notre belle église qui sera au centre de ces rénovations. Je les continuais ce matin en reprenant ces mots de néerlandais (toujours aussi  difficiles à retenir ;-)). J’aime l’idée que des fleurs achetées au pays de mes enfants puissent venir fleurir mon jardin de Provence. J’aime, je crois plus que tout, ce qui rapproche les hommes : les langues, les idées, les fleurs et l’art.

Et puis ce soir je retrouverai de nombreux amis pour une de ces soirées mensuelles où ensemble nous réfléchissons aux sujets les plus divers avant de partager un joyeux repas.

Je n’ai jamais eu dans ma vie le sentiment de manquer de temps. J’ai parfois l’impression de mal l’utiliser mais il ne m’a jamais manqué pour les choses essentielles. Et ces dernières années ne plus avoir besoin de  celui qui sert à  « gagner sa vie » me donne l’impression d’un crédit illimité d’opportunités et de découvertes qui font que mes journées sont vraiment bien remplies.

Hier soir notre dernier fils nous parlait de son nouveau travail. Un univers d’inventions, de nouvelles technologies, de start -up, au bout du monde. Je me réjouissais de le savoir dans ce pays si lointain maniant tous ces concepts savants dans une langue étrangère avec des gens venus de tous les pays de la terre. Je me sentais petit de mes propres connaissance et grand de voir comme elles avaient bien germé et combien chacun de mes enfants en avait tiré son profit.

Il fait encore un peu froid le matin mais un ciel bleu magnifique et un soleil sans faille que je veux partager avec toi, ami lecteur.

Passe une bonne journée.