6E9A66BE-85A8-4BEF-B2EB-9C686218BA2C

 

Ce n’est pas le moment de bouder ses bonheurs :  Une petite tribu de quatre enfants adorables et leur maman viennent de regagner leur pénates bataves.

Il y a encore ça et là des traces visibles de leur « occupation ». Cabane et tour ont repris du service. Les vélos sont de nouveau en état ainsi que la petite remorque du dernier. Ils ont été testés sur les routes à l’entour.

Et puis il y a eu plein de bonnes choses et de joyeux moments : le parc Spirou nous a fait vivre des sensations vertigineuses, les jeux de société sont ressortis de leurs boites, et l’atelier a vu un grand-père partager avec ses petits enfants l’art de bricoler en famille. On a même fait visiter à tout ce petit monde la mairie .

Et des rires. Et des éclats de voix. La vie.

Pendant ce temps une « grand-ma » gâtait sans ménagement tout ce petit monde.

Il n’a pas fait très beau. La piscine préparée un peu à l’avance n’a finalement pas eu son mot à dire. Tant pis. On attendra l’été.

Au milieu du séjour, l’homme qui écrit ses lignes quitta son bonheur familial pour en partager un autre, le mariage d’un neveu en Bresse. 

Le temps est passé vite mais les bonheurs se sont succédés. Plein de provisions pour les jours à venir.

Et même si l’image de mon pays est maussade. Même si notre président m’a donné pendant deux heures l’impression  de brasser du vent...mais avec, je dois dire, une certaine élégance. Même si les maux qui minent notre pays et notre terre sont toujours aussi présents. Même si l’avenir de mon village me semble un peu obscur. Même si je ne sais plus trop comment j’y participerai.

Et bien malgré tout ça, ce qui m’inquiète le plus en ce jour c’est que je ne trouve pas le temps entre deux ondées d’aller m’occuper de ma parcelle de jardin.

Comme quoi l’ « homo ordinarus » que je suis et que je veux continuer d’être a encore de beaux jours devant lui.

Voilà c’est dit, c’est écrit.

Bonne journée ami qui me lit pour mon plus grand bonheur.