DD1A9400-D23C-4250-B385-91C7611EA033

 

Avancer en âge c’est savoir de plus en plus de choses et accepter d’en comprendre de moins en moins. C’est aussi  cheminer, sans trop savoir comment, ni même souvent pourquoi, sur des chemins parfois difficiles. 

Heureusement que pour éviter notre découragement et nous aider à suivre la bonne route, Le Bon Dieu dispose ça et là, non pas des petits cailloux blancs, mais de véritables petites pépites d’or.

Ce week-end fut un riche gisement :  Un vendredi qui nous ramène à la maison l’aînée de nos filles, fut notre première récompense. Un samedi matin resté suffisamment clair pour remettre en état un jardin un peu oublié, puis un passage au marché. Et nous nous dirigeons vers cette belle et grande église du pied du Ventoux qui nous attend pour un mariage.

Un mariage c’est déjà une très belle fête. Lorsqu’il se passe dans un si bel endroit c’est un plaisir supplémentaire. La proximité de lieu et de cœur ajoute au bonheur car nous savons que l’occasion va rassembler autour de ce jeune couple de nombreux amis et que ce sera l’occasion de belles retrouvailles.

Les mariés sont rayonnants. Le prêtre les honore d’un merveilleux sermon qui nous fait voir, voletant au-dessus de nos têtes, mille anges gardiens qui s’agitent autour de ce bel événement. La chorale est merveilleuse. L’assistance partage assez largement la même foi qui fait  profondément participer à la fête.

L’endroit qui nous accueille pour la réception est un bel endroit qui d’année en année s’améliore et s’embellit pour notre plus grand bonheur et qui permet de rassembler ces grandes maisonnées réunies  pour ces grandes occasions.

La pluie a bien voulu attendre la fin de la cérémonie, les photos de la sortie de l’église, et le départ des mariés dans une très belle voiture...décapotable.

Lorsque la pluie éclate tout le monde est déjà rassemblé pour la fête et une grande tente berbère contiendra heureusement tout ce monde. Nous sommes très nombreux (plusieurs centaines) mais nous savons déjà que nous aurons plaisir à être entourés de ceux qui nous seront désignés comme voisins.

Et les pépites s’accumulent dans nos mains et nos cœurs.

Tout le monde a voulu être de la fête. Les jeunes et les moins jeunes. Beaucoup ont bravé le temps. Certains ont peut être oubliés leurs maladies et leur soucis l’espace d’un instant. Un vrai bonheur que d’être là.

Et le repas commence par les traditionnelles séries de discours. Les parents du marié ont traversé la France. Ils commenceront en premier ces moments de tendresse qui vont se succéder.

Mais la plus grosse pépite recueillie ce jour-là fut certainement le discours de la maman de la marié. Notre amie s’avance, élégante et discrète à la fois. Un discours bref ou en quelques phrases nous revivons ensemble presque trente ans d’amitié. Un magnifique portrait de sa fille.  Une tendre évocation de tout ce temps passé. Un rappel délicieux des liens merveilleux, de famille, d’amitié, de tendresse et de proximité. Ou ...comment on se sent englobé en quelques mots dans un élan d’amour où chacun des présents  retrouve, à sa manière, sa part.

Un texte merveilleux que j’aurais plaisir à relire ou à re-entendre. Comment en si peu de mots faire passer tant d’émotion, un concentré de ces années passées, un rappel délicat des meilleurs moments ?

C’est une des grâces spéciales attachées à ces événements. Les autres discours se succéderont et j’avoue humblement que j’y fus moins attentif. 

La fête qui continue nous permettra très tard de rencontrer quelques autres de nos amis que les plans de table avaient tenus loin de nous. Quelques danses nous rappellent que nous n’avons pas perdu l’envie de nous amuser.

Le temps est aujourd’hui encore gris mais il rayonne de cet éclat particulier qu’est peut être le souvenir de cette grosse pépite parmi d’autres plus petites qui ont fait briller notre week-end.

Bonne semaine à tous et merci encore chers amis pour ce moment de bonheur partagé.