FB450E26-52A7-4C5B-B468-E827C9A6D0B6

J’ai toujours trouvé curieux que Pascal, si habile en mathématique, ne dise pas plutôt que l’optimisme était « statistique ». Car il y a tant de choses qui se passent BIEN que celles qui dysfonctionnent font figure de « parent pauvre » à côté.

Les matins où j’ai l’humeur maussade c’est le remède que j’utilise pour lutter contre une mauvaise mélancolie. Je fais l’inventaire de tout ce qui se passe bien dans le monde, miracle permanent. Je regarde cette nature qui m’entoure et m’émerveille de toutes ces lois que nous entrevoyons à peine qui commandent à l’ordre naturel des choses. Je regarde CELLE qui dort à côté de moi et m’émerveille de cette aventure qui dure depuis si longtemps.

C’est vrai qu’il y a tellement de choses qui vont bien et qui sont merveilleuses que l’optimisme est pour moi...statistique. Et lorsque je démarre une entreprise ou que, plus modestement, j’aide à son démarrage. J’ai coutume de dire « Faites d’abord tout, comme si tout allait bien se passer.... ».

Il paraît que le philosophe Alain aurait plus tard écrit à peu près la même chose que Pascal en ajoutant « Tout homme qui se laisse aller est triste. ». Tu ne m’en voudras pas, ami lecteur, mais j’ai quand même une nette préférence pour Pascal et il parla en premier.

Il faut bien constater cependant que c’est l’homme et son incommensurable orgueil auquel s’ajoute une vrai dose de stupidité qui vient troubler le jeu.

Le monde d’abord, qui semble plus instable que jamais, où les plus grands pays sont gérés par des puissants bien inquiétants; mon pays ensuite où tous les équilibres patiemment ajoutés par l’histoire sont en train d’exploser, où trop de lois tuent la Loi, où le jeu des puissants est de diviser pour régner ou faire régner les factions les plus habiles. On appelle ça des « Lobbies »...mais seul le nom est nouveau.

Même à l’échelle de mon village : vouloir à tout prix séduire quelques groupes d’électeurs amène à des actions confuses et dangereuses. Ici une explosion de promesses et de travaux menés à la hâte sont en train de fragiliser un équilibre qui se mettait en place.

Hier j’ai enterré un ami. Il y avait beaucoup de monde, venu de partout. Ce qui aurait pu être triste est devenu une belle raison d’espérance. Et l’inhumation dans ce petit cimetière au pied du Ventoux où j’ai déjà quelques autres amis en place, au soleil couchant, fut un moment de rare beauté.

Cet ami fit partie de ceux qui toute leur vie, sans faiblir, humblement persistèrent à défendre le Bien, le Beau et le Vrai. Ces trois qualités indispensables à l’harmonie. 

Aucune de ces qualités ne peut s’épanouir sans les deux autres. Ainsi tu comprendras peut-être mieux ami lecteur pourquoi la Vérité me tient tant à cœur et que je crains le mensonge encore plus s’il est public et que beaucoup par confort feignent de l’ignorer.

En quittant son épouse affaiblie par plusieurs années de soins patients, je lui disais : « Maintenant, il faudrait peut-être songer à vous et vous reposer. » Elle me répondît : « Et pourquoi ? Alors que bien au contraire j’ai davantage de temps...et il y a tant à faire. »

C’est ce que je me dis ce matin. Surtout ne pas baisser les bras même si l’horizon semble obscur et se concentrer sur le sillon qui avance dans une terre trop lourde mais qui est promesse de récolte.

Il fait très beau aujourd’hui. Le matin un peu plus frais d’automne n’empêchera pas la chaleur du jour. La terre est humide et le potager continue de donner quelques légumes et en prépare déjà pour l’hiver et le printemps. J’ai acheté hier quelques bulbes de fleurs pour attirer les abeilles sur mon jardin. 

Cet après-midi je surveillerai les travaux d’un centre aéré qui s’agrandit pour le bien être des petits enfants de la commune. C’est ça mon sillon. J’espère juste que les manœuvres des hommes ne m’en priveront pas.

Et si c’était le cas, j’aurai beaucoup à faire dans une maison qui va s’agrandir...une autre forme de sillon.

Voilà, ami lecteur. Je te souhaite une bonne et optimiste journée.