29335D07-57EC-4143-9468-CBF6BC773541

Il y a un jour où tu décides que c’en est assez, que tu n’arriveras peut-être pas à changer les choses...mais que tu dois de faire ton possible pour ne pas laisser perdurer un état de fait....dangereux et déplorable.
Ça s’appelle « entrer en résistance ». 
Il y a beaucoup de choses qui te retiennent. La première est l’impression que c’est inutile tant le système mis en place te semble inébranlable. La seconde est une impression de faiblesse, voire d’impuissance. La peur y tient aussi une grande place. Mille autres s’ajoutent à cette liste. 
Entrer en résistance c’est se trouver en face de ses anciens amis, c’est accepter passer pour un traitre ou un renégat, c’est aussi la solitude, le secret. C’est même passer des accords avec ceux qui furent tes opposants.
Peu de choses justifient une telle attitude. L’une d’elles est le sentiment de danger, une autre est la certitude de l’urgence. La troisième est la certitude que, si tu ne le fais pas, tu te trouveras un jour confronté à ta faiblesse et que tu auras honte de toi.
Rassure-toi : pour moi c’est à une toute petite échelle : celle de mon village, de la mairie.
Pourquoi je te racontes ça, mon ami lecteur de blog, un dimanche matin ? Est-ce que c’est parce que notre belle Sorgue gonfle dangereusement et sortira peut-être de son lit ? 
Non. C’est parce que ce matin après une longue nuit de réflexion, j’ai reçu de mes enfants de belles image de week-end pleines d’espoir et de rêves, de ballades ensoleillées et de jeux d’enfants dans de belles maisons ou de beaux paysages.
Je pense qu’on ne va déjà pas leur laisser un monde extraordinaire....
Alors j’aimerais qu’ils gardent de moi l’image de quelqu’un qui a fait sa petite part pour sauver, au moins,  son honneur.
Cela dit. Ne t’inquiète pas ami lecteur. Ça ne m’empêchera pas de continuer à goûter toutes ces merveilles qui nous entourent.
Et, si tu es un lecteur, concerné par le même problème que moi, c’est à dire habitant mon village, ou même appartenant au même conseil...n’hésite pas à prendre contact.
Et puis cette résistance n'empêche pas d'être joyeux....Dieu merci !

Bon dimanche à tous !