Mes chers amis malades

asso_site_thouzon2_35074

 

C’est à vous que je voudrais adresser en premier mes vœux parce que vous êtes... mes héros.

L’année 2019 a été une année un peu trop douloureuse : J’ai vu mourir quelques amis. J’ai assisté aussi, comme chacun d’entre nous, à la mort héroïque de trop de nos soldats sur des champs de bataille tellement loin qu’on ne sait plus exactement pourquoi ils se battent. J’ai assisté à ces émouvantes funérailles et j’ai pensé à la douleur de leurs proches.

Ces hommes sont des héros, une notion qui pouvait paraitre oubliée après ces années de paix.

Récemment c’est le gendre d’un ami qui mourrait aux commandes de son hélicoptère pour secourir des personnes isolées par les inondations.

Une autre forme d’héroïsme qui fait honneur à notre pays.

Mais vous êtes, vous mes amis malades, une autre "espèce" de héros que je voulais saluer en premier.

La maladie frappe n’importe où, des gens ordinaires, et je ne comprends pas par quelle étrange alchimie, il semble qu’elle transforme ceux qu’elle atteint, qu’elle les fait grandir en âme. Je suis admiratif quand je vous vois vivre des quotidiens difficiles, épuisants, éprouvants, douloureux avec un courage et une grandeur d’âme qui m’impressionnent tellement.

Je sais que beaucoup d’entre vous pensent peut-être que c’est exagéré.

Dans notre époque où la médiocrité et la bassesse semblent souvent être les moteurs de l’humanité vous représentez un énorme espoir de renouveau des âmes et des cœurs.

Je ne sais pas comment le dire et je suis certainement très maladroit et je pense depuis ce matin à ce billet.

Je suis très peu habile à la prière, alors, cet après-midi, je profitais d’une belle journée de soleil pour partir marcher sur la colline qui domine mon village. Je portais dans mon cœur et dans mes intentions chacun d’entre vous. J’avais une pensée très particulière pour une cousine de mon âge en train de se battre avec la mort. C’est loin, en Californie. Nous ne pouvons pas être auprès d’elle. Seul son fils est là qui l’accompagne. J’ai marché avec vous. J’ai marché avec elle jusqu’au vieux prieuré qui domine mon village. J’ai prié maladroitement pour vous et pour elle.

J’ai eu envie de vous souhaiter à tous une santé qui revienne, une pleine guérison. Je me suis senti tellement redevable envers-vous de votre discrétion et de votre patience.

Alors je vous souhaite tout cela et tout le reste bien-sûr pour vous et ceux qui vous entourent.

Je vous embrasse très, très fort.

Bonne année 2020 !