A01388F5-88CF-4662-9275-52B1CF160C54

E536F2F4-4C42-433B-AF83-EBAD4B2337E4

3A431B52-3E50-4481-8718-DCC5C547BE43

C’était un été de vacances. Je faisais visiter une abbaye pas très loin de chez moi. Une abbaye qui avait connu ses heures de notoriété et qui était tombée dans l’oubli de l’histoire. Les bâtiments conventuels avaient été vendus en biens nationaux et l’église abbatiale était devenue l’église paroissiale d’une petite ville. C’était juste après mon bac et je m’apprêtais à rentrer en prépa. Je n’étais pas très pratiquant à l’époque. 

Je passais donc huit heures par jour dans cette église entre des visites, un peu d’entretien et la découverte de deux choses qui prendront beaucoup d’importance dans ma vie : l’art Roman et la règle de Saint Benoit. 
Je découvris ces deux choses importantes dans la fraîcheur des murs de cette église. 
Il faut dire qu’elle possède de merveilleux chapiteaux romans, soit ornementaux soit racontant des scènes bibliques. Le chœur de cette église s’était effondré au moyen âge,  une série de chapiteaux intacts avaient été enfouis puis retrouvés tardivement. Ces chapiteaux étaient alors visibles au fond de l’église à hauteur d’homme et on pouvait découvrir avec précision toute la beauté de ces sculptures.
Ce long préambule pour en arriver à Pâques, parce que c’est justement l’un de ces chapiteaux qui me fit pénétrer un peu plus l’importance de cet événement. Tout l’évangile de Saint Marc qui raconte le matin de Pâques. Les soldats endormis, le tombeau ouvert, les femmes qui venaient embaumer le corps, l’ange qui leur annonce la résurrection. On ne saura probablement jamais qui est le sculpteur génial qui cisela ce chapiteau. Mais il avait tout compris et tout su faire passer dans son œuvre.
Et c’est ainsi qu’un jeune homme découvrit en quelques semaines la beauté et la profondeur de la Résurrection.
Je sais que pour ceux de mes lecteurs qui n’ont pas la foi, ce genre d’écrit reste un peu mystérieux et difficile à partager. Mais j’aimerais, le jour de Pâques, en cette période étrange de confinement, quand nous sommes privés de célébrer ces solennités dans nos églises, leur faire comprendre combien ce mystère est important dans nos vies.
Et si ça ne fait pas de chrétiens des gens meilleurs  que les autres ils ont ce sentiment d’avoir reçu ce jour-là un don d’une valeur inestimable.
Cette semaine Sainte a été un peu plus silencieuse qu’à l’ordinaire. Moins besoin d’écrire, plus le besoin de partager ce temps en famille malgré l’éloignement. Je reprendrai demain l’écriture pour profiter du temps qui nous est donné pour essayer de raconter tout ce qu’il y a de merveilleux et de mystérieux dans le monde et dans les personnes qui nous entourent. 
En attendant, ami lecteur, je te souhaite une bonne fête de Pâques et une suite de confinement. Prends soi de toi et de ceux qui t’entourent.
Je t’embrasse.