1E6680BB-0886-4748-A617-60C153F2D4F2


Ma chère Maguelone,

J’ai appris que tu nous avais quitté hier pour un autre monde, certainement plus lumineux et plus simple... pour toi, comme pour nous. Lorsque j’ai appris la nouvelle hier j’ai réalisé que nous nous connaissions, toi et moi, depuis plus de 40 ans. 
Oh ! Nous nous connaissions peu. Juste comme on connais les proches de nos amis les plus chers. Ce sont comme les fils d’un gigantesque écheveau. On les tire les uns après les autres et ils viennent s’ajouter à ce magnifique tissage d’une vie d’homme. Ils sont tellement nombreux qu’on ne peut pas les tirer jusqu’au bout. On aperçoit donc de courts moments de leurs propres vies. On les croise surtout dans les moments de joies ou de peine ...et de fêtes aussi. Ils sont un nom, un moment, le partage d’un moment de vie, une intention de prière. On sait qu’ils éclairent la vie de ceux qu’on aime et qu’ils participent indirectement à la notre.
Beaucoup de membres de ta famille sont comme ça pour nous. Certains sont déjà partis avant toi et tu vas les rejoindre. Je pense surtout en ce moment à ta sœur et à ta maman. 
Ton départ va être comme tous les départs de ce monde un mélange de peine et de joie. La peine de te voir partir de ce monde et de laisser une place vide auprès de ceux pour qui tu comptes tant. La Joie de te savoir partir pour un monde mille fois meilleur qui te révélera les réponses à toutes les questions que tu as pu te poser.
Il est bien présomptueux celui qui croit comprendre comment fonctionne le cœur et la tête des autres hommes. Et encore plus avec des êtres comme toi avec qui la communication est plus difficile. Et, quand on ne comprend pas, le mieux est d’aimer sans chercher à savoir et recevoir comme un cadeau tes joies, tes humeurs, tes sourires.
Tu as connu beaucoup d’amour autour de toi et tu en as donné beaucoup. Je n’ose pas dire « en retour » car l’amour ça se donne toujours sans idée de contrepartie.
Tu vas rejoindre ce couple lumineux qui a passé sa vie à essayer de comprendre, au delà d’une simple anomalie chromosomique, comment s’organisait votre vie.
Tu vas rejoindre ce Pape que tu aimais tant et que tu avais rencontré et qui fêtait au Ciel les 100 ans de son arrivée sur la terre. Tu vas rejoindre beaucoup d’autres êtres que tu as aimés dont je ne connais même pas l’existence.
Tu pars dans la lumière quand ceux qui t’aiment connaissent de grosses épreuves, comme si tu avais senti nécessaire d’aller à ton tour les aider dans un endroit où tes prières seront certainement encore plus fécondes.
Tu pars à un moment où pour des gens comme moi il ne sera pas possible de t’accompagner, ni raisonnable d’exposer de quelque façon que ce soit, des amis fragilisés à un virus dont on ne connaît pas encore le fonctionnement mais qui en ce moment met notre monde en ébullition. Tu vas changer de place dans nos prières. Tu vas passer de ceux pour qui on demandait de l’aide et de la force, à ceux à que l’on appelle au secours dans les moments difficiles.
Nous ne pourrons  donc pas entourer toute ta famille que nous aimons si fort. Ton papa, tes frères et sœurs et tous les autres.
Alors la première prière que je te fais et de venir  suppléer à notre absence auprès d’eux et, au moment où tu le désireras, de venir mettre dans leur cœur cette douce chaleur de l’amitié qu’on aime ressentir quand on est dans la peine.
Voilà ma chère Maguelonne ma première demande. Je te quitte avec le souvenir d’un être de mystère et de lumière. Je t’embrasse.
Chaque jour qui passe nous rapproche de ce moment où nous saurons à notre tour de quoi est fait ce nouveau monde que tu es en train de découvrir.
.
Tu as juste pris un peu d'avance sur nous.
.
À Dieu.