ED9DA2A7-4734-49A9-A5D9-5B69F2EE4BD0


Mon cher Antoine,

Tu me demandes dans ton message si je suis triste...et ce que je vais faire maintenant.  
Et bien oui, je suis triste. J’ai mis en oeuvre tous les moyens dont je disposais pour éviter le renouvellement d’un maire que je trouve indigne de sa charge. J’ai beaucoup travaillé à ça. J’ai étudié des dossiers en profondeur, j’ai parlé, j’ai écrit, j’ai distribué des milliers de tracts, j’ai rencontré de nouveaux amis, j’ai rejoint une liste qui me semblait pouvoir gagner, j’ai même subi quelques humiliations et quelques attaques venant parfois de certains de mes amis d’autrefois. 
Ça n’a pas suffit. Ni mes efforts, ni surtout ceux de mes co-listiers, n’ont permis de changer la donne. C’était un peu le combat du pot de terre contre le pot de fer et ni notre énergie, ni notre imagination n’ont su vaincre un gros appareil de communication partisane. Mais quand on perd...on perd.  Et même si on s’aperçoit que les dés étaient  pipés il faut savoir porter le poids de son échec.
J’ai eu le bonheur de rencontrer une équipe nouvelle, animée par des idéaux, dotée d’un vrai courage et de nombreux autres talents. Des femmes et des hommes nouveaux, aux idées politiques parfois assez écartées des miennes, mais animés de la même envie de rendre à notre village, son âme ...de village. Un endroit où l’on vivrait mieux ensemble dans le respect de chacun.
La page est tournée...
Tu me demandes ce que je vais faire. Rien de bien nouveau en fait. Ce que je te raconte chaque jour sur mon blog : Vivre.. le plus souvent heureux, parfois un peu triste quand mes amis sont touchés par la maladie, la mort ou la disgrâce. Je continuerai de rendre ma maison plus belle, de cultiver mon jardin, de parcourir mon village en tous sens. Je saluerai au passage ces employés municipaux que j’ai appris à connaître et à aimer. Je les regarderai faire...maintenant de loin. Et il y a aussi tous ces autres passants que je croise. Ce passage de six ans à la mairie m’a permis d’en connaître un grand nombre.
Mon village est toujours aussi aimable. J’aurai juste un peu plus de temps.
Parfois je prendrai mon petit bateau et j’irai sur les Sorgues suivre le fil de l’eau et le poser dans des coins interdits aux simples marcheurs.
Et dans ce temps nouveau qui m’est accordé je pousserai mes routes un peu plus loin, dans ce Comtat Venaissin et cette Provence dont je suis devenu amoureux.
Parfois seul, souvent avec ELLE, je continuerai à contempler ce trésor qui nous est donné.
Dans ma tête, continueront de circuler dans une farandole invisibles aux autres tous ces visages que j’aime. 
Je profiterai aussi de ce temps pour mettre en œuvre un travail d’écriture un peu plus sérieux. C’est peut-être le moment.
Ou pour aller sur le chemin de quelque grand pèlerinage.
Je resterai également attentif à ce qui se passe autour de moi.
Voilà tu sais tout. Je te raconterai bientôt les deux belles fêtes qui ont entouré ce dimanche un peu triste. Samedi,  un mariage dans un cadre merveilleux et hier un anniversaire fêté en famille en ressentant la douce chaleur de la présence de tant d’amis.
Mais là, le soir tombe. C’est l’heure d’arroser mon jardin.
Alors je te souhaite une bonne soirée...et à très bientôt.