54ADB8B9-7FC5-44F9-BD84-A22FCFCDBC1C


Quand le soir de novembre arrive dans la maison vide, que le poêle à chauffé le salon, que les amis sont partis, que ceux qu’on aime sont trop loin….s’installe une étrange mélancolie. 

Je me suis levé tôt, avant l’aube. J’ai terminé un des livres achetés hier. Un passage dans l’histoire. L’histoire et la littérature sont souvent les meilleurs conseillères  du petit matin : elles expliquent, elles consolent, elles poussent à l’indulgence, elles favorisent la compréhension. Puis j’ai attaqué la lecture d’un autre ouvrage, plus adapté aux besoins de l’âme avant la messe du dimanche matin.
Nous sommes allés dans ce monastère que j’aime, puis nous sommes repartis avec deux de ces chers amis qui nos sont familiers partager un de ces délicieux déjeuners dont ELLE a le secret. Un vieux whisky, un bon repas, un bon vin de Gogondas, un café, une vieille prune sans âge, les conversations qui se prolongent tard dans l’après-midi jusqu’à parvenir au thé. 
Puis les amis partent. Nous commentons un peu ensemble ce jour et le silence s’installe. Je contemple le spectacle étrange de mes fauteuils dépareillés. J’aime leur présence. Ils apaisent tant mon âme que le sommeil m’attrape un instant. Je ne dînerai pas ce soir : sagesse pour prolonger ce bon repas et préparer une bonne nuit de repos.
Je reprends mon livre. J’écoute au casque des morceaux choisis de Pachelbel pendant qu’ELLE termine de regarder une série qu’elle avait commencé hier.
La semaine sera belle comme le fut la journée. Je reprendrai mon chantier et mon potager. ELLE viendra de temps en temps me voir, commenter, donner des idées, me parler de belles choses.
Mystère du temps qui s’écoule, doucement. Havre de paix dans un monde trop agité. Ombres familières qui se rappellent sans cesse à moi. Prières qui les accompagnent.
C’est juste la vie. Je l’aime.
Bonne semaine à toi, ami lecteur. Je t’embrasse