4FD44ADB-1643-4CA5-AD7D-A2D38BBC5449

 

Je dois à la charmante Capucine, l’aînée de mes petites-filles ♥️♥️♥️ la découverte des nouvelles enregistrées de Sherlock Holmes. Elle me les fit connaître au cours d’un petit voyage que nous fîmes avec elle au Puy du Fou et j’avoue que j’ai depuis cette époque passé beaucoup de temps avec notre héros et son ami le docteur Watson. La durée de ces nouvelles varie un peu mais elle sert à échelonner les petits exercices de rameur auxquels je me livre pour compenser l’immobilisme partiel de ces derniers mois.
Je recherche un épisode, me coiffe d’un casque d’écoute, et vogue petit navire... C’est un plaisir à écouter : des textes clairs, dans un français plus qu’impeccable, pleins de finesses autant que d’humour. Je navigue au rythme d’une intrigue bien ficelée et mon « débarquement » coïncide avec la solution d’un énigme.
A l’heure des séries policières compliquées et glauques où les errements de la vie privée des héros tiennent lieu de seule intrigue, ces petites nouvelles sont rafraîchissantes. Le fait de l’avoir ainsi découvert, grâce à ma grande petite-fille,  ajoute aussi beaucoup à mon bonheur.
Chaque jour qui passe me rapproche d’un dénouement heureux de cette gêne « jambière » passagère et je me demande parfois  si j’arriverai dans l’avenir à me passer de ces exercices « rameur + Sherlock » 😉
Je fais partie des gens qui se réjouissent de ce type de progrès techniques qui permettent encore à mon âge de découvrir des auteurs sous une autre forme que le papier.
Lire est un vrai bonheur…presqu’autant qu’écrire mais tout ce qui peut nous donner envie de lire un nouvel auteur est un bonheur nouveau.
Petit billet d’un matin calme en attendant de reprendre mon chantier interrompu. Petite pause avec toi, ami lecteur. Passe une bonne journée. Je t’embrasse.