03 mai 2016

Courage !

J'ai mille choses à faire aujourd'hui, précises, définies, possibles. Le temps est délicieux. Le soleil éclaire la Provence. Le vent s'est calmé. Je suis en bonne santé. Bref rien ne devrait être un obstacle à avancer dans ma tâche ( je n'ose plus dire "dans mon travail"). Et pourtant l'élan n'est pas au rendez-vous. Paresse ? Lassitude ? Il va falloir vite arrêter d'écrire et user du seul remède que je connaisse pour se mettre au travail : se lever et faire le premier pas, le premier geste.  Parfois on a l'impression qu'on a,... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]

02 mai 2016

Debout ? Debout. Debout !

La maison était gelée. Il avait fallu faire ce feu en arrivant. Et ce matin à l'heure où je vous écris l'âtre est encore plein de braises. Le mistral n'est pas tombé. Ce vent puissant qui gifle la Provence et qui nous rappelle qu'il faut être fort pour tenir debout. Un week-end de retraite nous a permis de connaître mieux cette grotte entre ciel et terre où vécut celle qui fut une si belle femme et une si grande sainte : Marie-Madeleine. Deux occasions de monter à la grotte où elle se retira ...entre deux mondes. Au-delà même de cette... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:07 - Commentaires [1] - Permalien [#]
30 avril 2016

Une lourde porte de bois

Elle a longtemps protégé ce qui dut d'abord être la cour d'une ferme ou plutôt d'une de ces maisons au centre du village où cohabitaient hommes et bêtes regroupés ensemble en sûreté dans l'enceinte des remparts. Un jour elle fut fermée pour toujours. Il y a cent ans, peut être plus. Le sol fut rehaussée de tous les gravats du toit qui s'était écroulé pour être remplacé par une couverture de tôles. On ne pouvait plus l'ouvrir. Et puis un jour ce hangar, ce jardin, ces maisons en ruine sont devenus les siens.  Patiemment l'homme... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
27 avril 2016

Allumer un feu au printemps

Mai est à nos portes mais un fort mistral a, tout à coup,  fait tomber la température d'une dizaine de degrés. J'avais eu froid cette nuit. Chez nous le chauffage est arrêté depuis plusieurs semaines et j'aime bien généralement ces tombées de fraîcheur. Mais là, c'en était trop et c'est en entendant les premiers chants d'oiseaux qui précèdent le lever du soleil que je décidais d'allumer un feu ( peut-être le dernier?) dans l'âtre. Ce feu avait un goût d'interdit, de dépense inopinée, bref... de luxe. Élevé dans une sage économie... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:36 - Commentaires [0] - Permalien [#]
26 avril 2016

Mesdames, qui me lisez aujourd'hui...

J'avais envie d'écrire pour vous . Pour vous Ma Dame de tous les jours et de toujours.  Pour vous mes filles et petites-filles, petites "damottes" chéries qui donnez souvent de l'éclat à mes jours.  Pour vous ma chère Maman et celles qui, au fil du temps, patiemment, génération après génération, douleur après douleur, bonheur après bonheur m'ont conduit sur cette terre. Pour vous mes huit soeurs qui jour après jour ont donné de la douceur et de la tendresse à mon enfance. Pour vous mes amies si douces et si nombreuses... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:29 - Commentaires [7] - Permalien [#]
22 avril 2016

Lettre à une famille de merles.

Chère madame Merlette, cher monsieur Merle,  J'ai bien compris votre manœuvre d'apprivoisement. Vous êtes revenus comme à chaque printemps sans que je puisse déterminer où vous nichiez cet hiver. Pourtant les arbres ne sont pas nombreux : le lilas, l'olivier et le gros mûrier de Chine. Vous avez attendu que je chasse avec détermination tous les chats qui s'approprient mon petit jardin et qui, l'an dernier, avaient signé l'arrêt de mort de plusieurs de vos petits à l'âge des premiers vols. Vous avez attendu que je remette de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:48 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 avril 2016

La Prière

Il est étrange ce moment d'apparente solitude et de retrait du monde. L'homme est seul, assis et silencieux. Parfois il prend un livre, en lit quelques passages et semble d'un seul coup se repaître du silence du matin et du jour qui commence à se lever. D'autres fois on le surprend à chercher sur sa tablette un texte, un site, une idée et de la même manière s'abandonner dans le silence.  C'est un moment d'abandon où pourtant la distraction à sa place. L'esprit a toujours eu du mal à se soumettre à une seule idée, à un seul axe... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:45 - Commentaires [1] - Permalien [#]
15 avril 2016

Pensées autour d'un président (1)

Je m'étais fait violence pour m'imposer d'aller regarder ce que dirait cet homme. Dans un an, il faudra dans ma modeste part, le garder ou le changer. Je veux le faire avec sérieux car je dispose d'un peu plus de temps qu'avant. L'homme est là, rond comme Raminagrobis avant de s'attaquer à une souris. Quatre ans de pouvoir ont eu raison de cette ligne retrouvée le temps d'une élection. Cet embonpoint qui s'impose avec le temps et malgré les efforts c'est un problème que je connais bien et ça me rendrait le "bonhomme" plutôt... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]
14 avril 2016

Feuilles de platanes

Lorsque nous sommes partis à l'hôpital, j'étais un peu inquiet. La voiture donnait depuis quelques temps des signes évidents qu'elle allait nous abandonner à notre triste sort. Comme pour conjurer le risque de panne nous nous sommes mis à parler des feuilles de platanes qui commençaient à peine à s'ouvrir. Et tout s'est bien passé : quelques heures plus tard une petite fille était à côté de sa maman dans le petit bâtiment de la maternité, un peu à l'écart, de ce vieil hôpital. Autour du bâtiment une famille de gitans campait attendant... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:37 - Commentaires [0] - Permalien [#]
09 avril 2016

C'était hier votre anniversaire.

Vous vous êtes levée comme à l'ordinaire pour aller travailler. C'était un vendredi, un jour plein de promesses de repos et de paix. Mais ce matin là, avant même que vous ne sortiez du lit, "ceux qui vous aiment " s'affichaient sur votre téléphone ou patientaient avant de dire les mots magiques. Je me disais qu'il y a quelques années à peine j'aurais été le seul à pouvoir vous le souhaiter, bénéficiant du privilège géographique de vivre à vos côtés. Mais ce monde qui vieillit parfois mal et trop vite a, dans ses bons côtés,... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:53 - Commentaires [1] - Permalien [#]