09 octobre 2014

Madame la présidente,

Madame la présidente, Puisque vous tenez par dessus tout à votre titre, je ne vous ferai pas l'injure de vous en priver. Je m'étonne cependant à la fois de votre manque d'indulgence, de reconnaissance et surtout de calcul politique. Manque d'indulgence car si vous connaissiez votre interlocuteur vous sauriez qu'il est souvent très mal a l'aise avec les notions de masculin et de féminin Et le voir faire ainsi des efforts mérite quelques encouragements. Manque de reconnaissance car c'est à cet homme que vous devez d'avoir conservé... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 11:51 - Commentaires [1] - Permalien [#]

08 octobre 2014

"Encore vivants ! "

"Encore vivants !" se dit le petit homme en rose en rangeant dans le coffre de la voiture drapeaux et affiches. Ils s'étaient consultés, lui et sa femme, pour savoir s'ils allaient monter une fois de plus à Paris. Comme pour beaucoup de français, la vie leur devenait de plus en plus difficile. Depuis quelque temps, il sacrifiait deux jours de travail par semaine pour participer à la vie de son village, ce qui n'arrangeait pas ses finances mais donnait un vrai sens au mot "politique". Ils avaient décidé d'associer cette journée avec... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:30 - Commentaires [2] - Permalien [#]
23 septembre 2014

Sommeil, envie, travail.

Il arrivait souvent à l'homme de se demander pourquoi le sommeil le fuyait si vite. Ses journées étaient pourtant bien dures. Il attendait aussi que le sommeil soit bien présent. Il s'endormait comme une masse ayant parfois du mal à finir une courte prière ou même à trouver le temps ( ou le courage) de la faire. On aurait pu croire qu'il dormirait longtemps et pourtant, tôt dans la nuit ,le réveil le rappelait à lui. L'homme n'aurait pas su dire pourquoi. Les lendemains étaient incertains mais ne lui généraient aucune... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:05 - Commentaires [4] - Permalien [#]
31 août 2014

Dans la douceur feutrée d'un dernier dimanche soir d'août....

Dans la douceur feutrée d'un dernier dimanche soir d'août le temps s'est enfin mis au beau : une forte chaleur mais qui s'estompe le soir au contraire de ces fortes chaleurs de juillet. Trois petits enfants en pyjama s'apprêtent à dîner dehors. Les quelques adultes aussi se préparent au départ et la maison se vide doucement. Mille pensées défilent dans le fond de mon cerveau : ce petit neveu malade, objet de nos prières dont on ne sait toujours pas la vraie nature du mal. Cette amie qui combat un cancer dont on lui dit qu'il n'est pas... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 20:03 - Commentaires [3] - Permalien [#]
24 août 2014

Résistance

Mon cher Papa,    Je ne sais pas tres bien par quels circuits célestes  tu recevras cette lettre mais j'ai quand même envie de te l'écrire. Notre pays vit  à l'heure des commémorations. Cent ans du début de la première guerre et soixante-dix de la libération après la seconde guerre mondiale .  Ainsi,  hier c'était chez nous le souvenir de la libération du village. Une cérémonie bien émouvante : quelques figurants qui arrivaient en tenues de l'époque, une série de discours devant la mairie. La présence... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:28 - Commentaires [6] - Permalien [#]
16 août 2014

Dans ton monde......

Tu parles. Tu parles petite fille. Tu parles tout doucement. Tu es venue voir comment avançaient les travaux de la cabane. Ce soir il y aura de la lumière. Tu es venue regarder. Puis comme il faisait froid , à cause de monsieur Mistral qu'on n'attendait pas, je t'ai proposé d'entrer. Tu m'as posé quelques questions. Tu as regardé. Tu m'as un peu aidé aussi. Et puis peu à peu tu t'es installée dans ton monde. Tu organisais la cabane. Tu parlais à tes poupées. Tu t'es accroupie et tu avais posé dans un lange, comme s'il s'agissait... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 23:01 - Commentaires [4] - Permalien [#]

14 août 2014

Fatigue

C'est bizarrement toi, la fatigue, qui m'a tiré du lit ce matin. Le "savoir" qu'il fallait à tout prix agir pour ne pas sombrer dans cet état incertain entre résignation et paresse. le "devoir" de ce pain quotidien qu'il faut gagner à la sueur de son front....et avec ce temps chaud et orageux, le mot n'est certainement galvaudé. Tu t'étais collée à moi, gluante et désagréable et tu m'empêchais de retrouver un sommeil qui m'avait trop vite abandonné dans la nuit.  Fatigue, je t'en ai d'abord voulu puis j'ai utilisé le remède que... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:16 - Commentaires [4] - Permalien [#]
12 août 2014

Confession

Il y a dans l'arrière cuisine de la maison un endroit bien protégé de tous les prédateurs. On l'appelle le cellier. Ce n'est pas à proprement parler une pièce. C'est plutôt un grand placard qui renferme de nombreux trésors. Je ne parle pas de l'alimentation ordinaire stockée comme dans une épicerie qui fait que, même si nous étions isolés du monde nous pourrions vivre sur ces réserves un temps certain. On y trouve un nombre de boissons sauf le vin qui a ses appartements à part. C'est l'endroit des boîtes, des confitures, des objets de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:57 - Commentaires [4] - Permalien [#]
10 août 2014

Vacances ?

Qui pourrait dire à cette heure paisible du soir que demain sera jour de travail. Tout est silencieux. Régulièrement la cloche de l'église, parfois le bruit lointain d'une conversation, sont les seuls sons qui rompent le silence. Le jardin, fraîchement tondu et ratissé de neuf profite bien de ces pluies qui font le malheur des uns et le bonheur des autres. On a eu son compte de petits bonheurs du week end : appels téléphoniques, messages laissés ça et là, croissant du dimanche matin, messe au monastère avec, comme en supplément, la... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:36 - Commentaires [2] - Permalien [#]
09 août 2014

Un jour d'août

Un jour d'août qui commence. Un jour de repos.  Un hier qui a été très fatigant. Il y a bien sur le bonheur de voir avancer son travail. Heure après heure la petite maison s'affirme avec son propre caractère. Mais il faisait si chaud qu'il voulait à tout prix finir cette fenêtre avant que le soleil, en la frappant de plein fouet, ne nuise au mortier. Des allers-retours au sommet de l'échelle, le chapeau oublié. Ne pas s'arrêter de peur de n'avoir pas le courage de repartir. Même le temps de la pause et du repas effacés. Et tout... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:07 - Commentaires [3] - Permalien [#]