05 mai 2018

Jeunes gens qui lisez....

...parfois ces quelques lignes, ne croyez pas que l'homme qui les écrit est autre qu'un enfant qui ne veut pas grandir. Et si je vous disais qu'hier matin encore il parcourait avec des amis les chemins de sa belle Provence. Pas celle de chez lui, des plaines, des canaux et des Sorgues entremêlées étroitement, mais celle d'un peu plus haut, des vignes et des oliviers qui verdissent bellement en ces jours de printemps au pied d'un Ventoux magistral.Ils imaginent ensemble un jeu, un grand jeu, plein d'amis, quand s'installera... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:56 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 avril 2018

Célibataire géographique

  En épousant un militaire je savais bien que nous serions parfois séparés, surtout en cette période qui n'était "d'après-guerre" que pour ceux qui n'étaient pas dans l'armée. Car elle continuait, sous d'autres formes, dans le monde entier et de jeunes hommes comme toi servaient sans relâche, et sans faiblir, notre pays qui renaissait en métropole.Puis il y a eu ce jour fatal où tu es devenu pour ton pays un héros ...mais pour tes filles et moi, ce grand absent qui nous manqua si longtemps. J'étais seule. Je surveillais avec... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]
22 avril 2018

Lumière

C'est une autre forme de lumière que je contemple ce matin. Celle du soleil levant qui vient de la Rue principale, traverse d'abord une impasse et puis mon jardin et qui vient projeter les ombres de mon arbre et de quelques arbustes sur le mur de chaux blanche de mon hangar. Un autre pays, une autre forme de lumière. En une semaine le lilas s'est couvert de fleurs blanches, les feuilles du mûrier de Chine se sont complètement ouvertes et la vigne court sur les fils. Hier dans la maison silencieuse quelques jolis dessins laissés par... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:34 - Commentaires [2] - Permalien [#]
21 avril 2018

Départ,

  Dans la maison encore endormie seul sont levés l'auteur de ces lignes et un petit lapin roux assis à l'autre extrémité du canapé.Un papa courageux a bien tenté de laisser le dernier enfant,muni d'un biberon, mais a renoncé devant les cris de l'enfant qui avait choisi le confort du lit parental. Quelque part au milieu de la France, une jeune femme se prépare à déménager avec des amis de bonne volonté et un frère opportunément de passage en France.Un autre enfant est à Paris. Que fait-il en ce moment ? Quels sont ses... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 10:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2018

Un peu plus pauvre ? Beaucoup plus riche .

L'apprentissage d'une langue étrangère est une école d'humilité. Et cette qualité manque cruellement à l'homme qui écrit ces quelques lignes. Mais cet homme peut être opiniâtre et s'entêter.Mon gendre est au travail. Ma fille a pris son tour de garde de trois petits bambins dont les parents se partagent la garde pour trouver chacun a leur tour un peu de liberté. ELLE, a pris le relais et accompagne aux jardins la classe de CP avec la maitresse et d'autres parents.Je profitai donc ce matin d'une maison vide pour aller faire quelques... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 12:14 - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 avril 2018

Progrès,

Il y a deux catégories de gens qui m'exaspèrent : ceux qui n'ont que le mot de "progrès" à la bouche et qui,en son nom, justifient les plus imbéciles des pratiques et des inventions; et ceux pour qui "progrès" est un "gros mot", et qui croient que tout ce qui est moderne est l'incarnation d'une sorte de mal venu pour nous anéantir. Je déteste autant les minimalistes imbéciles d'ATTAC que les geeks débiles collés à leurs écrans.Oui je l'avoue : je passe beaucoup de temps lié à ma tablette ou à mon téléphone et je me réjouis de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 03:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]

19 avril 2018

Où il est question de papillons...et de japonais.

Il est aux Pays-Bas un endroit fort couru et pourtant très éphémère. Un grand parc dans lequel de nombreux jardiniers présentent de façon charmante toutes les plantes à bulbes du printemps. Ici, tulipes, narcisses, jonquilles, hyacinthe se le disputent en beauté et en rareté. Présentées de fort belle manière autour de pièces d'eau : c'est vraiment un endroit magnifique. L'exposition dure environ trois mois de mars à mai et est envahie de touristes depuis le matin jusqu'au soir. Je ne dirai pas que je déteste les touristes. J'en... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 02:43 - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 avril 2018

Jacques....mais pas de haricot magique

Ils ont d'abord été un peu déçus les petits enfants de la classe de CP du lycée français de La Haye. L'homme qui était en face d'eux, le grand-père de Tiphaine, allait bien parler de son jardin, comme prévu, mais ce n'était pas le "Jacques" de "Jacques le jardinier et le haricot magique" de leur livre d'histoires.Mais pleins d'indulgence, ils écoutèrent sages et patients le petit exposé que l'homme, un peu intimidé de cet auditoire savant, leur fit de son jardin, de ses légumes, de ses outils, de son village.À base de dessins... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 14:54 - Commentaires [1] - Permalien [#]
16 avril 2018

Riche...

Riche d'une petite communiante qui s'avance vers la table, la tête coiffée d'une couronne de fleurs, Riche d'une famille rassemblée dans le pays des moulins à vent pour célébrer cet événement capital,Riche des amis des enfants, des amis des amis, de la familleRiche de la chorale africaine du samedi aux boubous multicolores,Riche de l'autre, plus classique, du dimanche, Riche de ces grands vélos sombres qui sillonnent les routes de tous côtés ,Riche de cette nouvelle langue qui ne m'est plus tout autant inconnue,Riche de cet échange... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2018

J'ai bien pensé à vous Madame...

Ce Jeudi-Saint pendant l'office, dans cette abbaye et que vous aviez vu se construire pas très loin de chez vous. Je me demandais comment vous étaient comptées ces longues années d'exil que cette maladie vous imposât durement. Cette maladie qui vous écarte doucement des vôtres, d'abord joyeusement puis d'une façon de plus en plus brutale, sans que même ceux qui vous aiment le plus ne puissent vraiment comprendre. Je me suis souvenu du début, quand vos absences pouvaient faire sourire et même être vraiment drôles. Puis on vous vit... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:22 - Commentaires [1] - Permalien [#]