14 décembre 2014

C'est encore une petite fille...

Officiellement, elle ne sait pas encore écrire. Pourtant ces mots sont tracés d'une main déjà habile. Ils illustrent de jolis dessins. La petite fille s'isole dans le calme de son monde de poupées. La sienne a pris vie. Elle s'appelle Madeleine comme un petit bébé rencontré cet été qui l'a séduit par ses doux babillages et qui l'a fait se sentir "grande". Et "Madeleine" est devenu le nom de sa poupée. Et Madeleine aujourd'hui a pris vie. Madeleine se léve. Madeleine prend l'avion. Madeleine va à l'école. Madeleine va à la messe. ... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:14 - Commentaires [7] - Permalien [#]

30 novembre 2014

Cher professeur Lejeune

Dans chaque famille il y a des personnages à qui on voue une admiration particulière. Pour nous, vous êtes un de ceux-là. Nous voudrions vous proposer une sorte de marché. Vous n'êtes pas sans savoir qu'ici, sur notre basse terre, nombreux sont ceux qui pensent qu'un jour vous serez au ciel parmi les saints. Il faut pour cela produire un miracle et c'est justement là que vous intervenez.  Toute votre vie, avec acharnement, avec adresse et avec talent, vous avez travaillé à soigner des enfants malades. Nous avons justement en ce... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 23:19 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 novembre 2014

Erwan : Un petit garçon courageux !

Le ciel de la Provence est gris, chargé d'une lourde pluie qui remplit les fossés et menace l'équilibre fragile des eaux dans la large plaine. Le coeur de l'homme serait volontiers du même gris mais il trouve autour de lui tant de belles choses qu'il ne saurait se laisser aller à la lassitude. Aujourd'hui, il n'a pas trop envie d'écrire. Le mauvais temps l'a retenu chez lui. Un jour de travail manqué. L'attente de papiers et de comptes qui n'arrivent pas. Un sentiment d'impuissance à gérer avec succès l'ordonnancement de ces... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 12:33 - Commentaires [9] - Permalien [#]
21 novembre 2014

Nature morte

Un morceau de mur aux pierres apparentes. On est déjà sous l'escalier qui monte à l'étage. Un peu en retrait une petite table roulante blanche. Non! Plutôt une petite étagère à roulettes qui supporte quelques machines de cuisine, un panier de métal plein d'oeufs, deux corbeilles d'osier. Sur le côté sont suspendues louches et cuilléres. Encore au dessus un petit meuble, juste destiné à contenir ce qui est nécessaire aux petits déjeuners. Il est aussi le support de quelques jolies boîtes alimentaires vides posées là, juste parce qu'on... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]
19 novembre 2014

Un petit morceau de bristol...

...marron, une petite carte du bout du monde. Quelques mots :"Merci grand'ma et grand père" écrits  en lettres majuscules d'une écriture sage et appliquée. A l'intérieur, quelques bouts de papier rouge collés sur une feuille blanche forment un coeur et le tout est assemblé par un de ces jolis morceaux de papier collant. Un petit morceau de bristol. Il ne fait pas encore jour dans la maison quand l'homme tourne et retourne la belle carte entre ses mains. Comme un animal devant une objet mystérieux. En ce temps... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 13:47 - Commentaires [3] - Permalien [#]
18 novembre 2014

Le Petit Homme en rose : Le "LIVRE"

Cher Monsieur Zemmour, Comment vous dire ? Votre livre m'attirait et me repoussait tout à la fois. Il y avait ceux, nombreux, qui l'éreintaient dans de nombreuses émissions ou articles. Il y en avait quelques uns, beaucoup plus rares qui l'encensaient sans retenue. Vous me sembliez tellement appartenir à ce monde des "intellectuels parisiens" de "ceux qui parlent à la télé" qui croient qu'ils font notre pays quand ils en sont si loin. Et cet étrange mystère d'un nombre d'exemplaires vendus qui croissait à vitesse... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:00 - Commentaires [1] - Permalien [#]

15 novembre 2014

Un drôle d'orage...une curieuse nuit.

Des alertes partout. "Zone orange !". Cette année les orages d'automne, des Cévennes, ont décidé de rejouer plusieurs fois les mêmes scènes. Ils s'étaient couchés inquiets : cette partie du toit qui n'a jamais été refaite  va certainement laisser passer de l'eau ! Dès les premiers coups de tonnerre ils se sont réveillés. C'était la pleine nuit. Ils sont montés, la pluie est tombée. Seaux et serpillières ont bien joué leur rôle. Ça avait été très court. Il avaient gagné cette manche. Elle était partie se coucher. Il était... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:52 - Commentaires [4] - Permalien [#]
28 octobre 2014

Alter ego

Mon cher Jacques "qui grogne",   C'est vrai ! lorsque j'ai vu ta tête ce matin au sortir du lit, tu ne donnais pas l'impression de déborder d'enthousiasme. Certes comme chacun matin tu t'étais levé d'un seul coup sans te poser de question, mais avoue que tu maudissais cette habitude de se lever à l'heure où les autres dorment. Tu te disais :" Pourtant je me suis couché tard. Je n'ai pas fait de sieste et ma journée a été plutôt fatigante à étaler des plâtres sur des murs. C'est trop peu de temps. Et maintenant que vais-je... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
24 octobre 2014

Hiver, vous n'êtes qu'un fripon!

Vous pointez le nez sans même nous avoir laissé le temps de profiter de l'automne. On regarde la cheminée et on se prend à rêver d'une bonne flambée quand il faisait si chaud en début de semaine qu'on aurait pu croire à un été sans fin. Pourtant on est allé s'aguerrir en passant cette semaine entre Berry et Sologne. On a goûté les joies du feu allumé le soir qui réchauffe les coeurs et qui délie les langues avec parfois l'aide d'une vieille liqueur de poire. Pourtant je vous aime, Messire Hiver, comme vos amies les autres... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 11:07 - Commentaires [2] - Permalien [#]
17 octobre 2014

Le temps

Le temps qui passe, le temps qui court, le temps qui laisse sur son chemin des traces de bonheur et des blessures. L'homme avait repris ses levers matinaux et son rythme de travail mais la douleur d'un corps fatigué venait aussi la nuit soustraire du temps au repos et lui donnait le temps de la lecture, de la recherche et de la réflexion. Deux mondes se croisaient dans sa tête : celui d'une réalité bienfaisante où chacun portait son fardeau et avançait avec sagesse dans un chemin tracé de toute éternité. Dans ce monde on naissait, on... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:58 - Commentaires [7] - Permalien [#]