20 octobre 2011

Santons

Noël approchait à grand pas et l'homme s'aperçevait qu'il n'avait pas beaucoup avancé dans sa crèche. Il lui manquait encore de nombreux santons pour qu'elle tienne sa place. Il partit à leur rencontre dans les rues du village. Et comme tous ceux qui cherchent le beau ou le bien ou les deux il les rencontra. Elle, Arlette. Son âge il l'ignore. Disons ..t'huit ans. Coquette il pense qu'elle n'aimerait pas que je le connaisse. C'est par elle qu'ils avaient su l'existence de la maison. Ils en avaient juste parlé. Sa soeur lui parla de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:46 - Commentaires [5] - Permalien [#]

18 octobre 2011

Les"gens"

Il y en a des grands, des petits, des gros, des maigres, des jeunes, des vieux ...ce sont les "gens". Dans la solitude de son travail, il arrive à l'homme de manquer de "gens". Si la plupart du temps il aime la solitude, le recueillement qui l'accompagne et les pensées qui fourmillent, il lui arrive cependant de regretter l'agitation de la ville, tous ces êtres qui s'agitent et qui s'entrechoquent. Sentir au passage le parfum de cette belle femme, entendre le rire complice de ce couple, croiser les regards . Attraper les regards,... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:28 - Commentaires [13] - Permalien [#]
17 octobre 2011

Une semaine qui commence

Un week-end lointain. La découverte d'une région :le nord de la Bourgogne. Des maisons simples, pas ou peu de pierres, des angles et des tours de fenêtres en briques, de la chaux claire, des ardoises, des maisons aux jardins clos qui leurs donnent des allures de petits châteaux, de grosses églises, des villages désertés, des réseaux ignorés. On est un peu loin du monde et de ses nouveaux esclavages. Un week-end sans portable, sans écran, de famille et de retrouvailles. Un voyage de retour qui fait oublier qu'il y a eu une fin d'après... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:32 - Commentaires [4] - Permalien [#]
11 octobre 2011

Où il est encore question d'une petite souris...

L'automne avait pointé son nez. Le mistral. Le froid même. quelques courtes flambées. Et le soleil est revenu comme un clin d'oeil. Les tensions se sont apaisées. Un peu de baume sur les blessures. Un peu d'ordre dans les têtes. Reste quelques nuages, quelques questions sans réponses, quelques plages sans sommeil dans la nuit. L'homme en profitait pour parcourir en profondeurs certaines pages, pour en sentir l'esprit, la trâme, l'âme. Les heures passent vite à se petit jeu. L'homme de temps en temps entendait comme un petit cri,... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 23:35 - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 octobre 2011

Automne

En quelques jours le mistral a amené l'automne à la porte. Un automne tardif qui n'aura peut-être pas beaucoup de temps pour lui....et l'hiver sera là. L'homme s'est couché très tard et pourtant déjà il veille devant sa table. Pourquoi ? il l'ignore. On lui avait parlé d'une nuit d'étoiles filantes et sans le savoir il aura voulu voir. Il a regardé il n'a rien vu. Il a alors laissé en lui l'automne prendre sa place, s'installer. L'automne qui sait être doux et qui peut ramener les premières flambées. L'automne et deux amis revus hier... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 03:41 - Commentaires [8] - Permalien [#]
06 octobre 2011

La blouse blanche

C'est une blouse blanche qu'elle avait sur le dos. Quelques années passés à aider des trop petits à devenir plus grands et à passer d'un monde obscur et chaud à un monde de lumière. Des bébés trop petits, à finir, au chaud et à ses bons soins. Des nuits, beaucoup de nuits, le monde de ceux qui travaillent la nuit. Des trajets dans le petit soir et le petit matin. Des fatigues, des nuits trop courtes et des journées aussi. Une vie décalée. Aujourd'hui un nouveau métier, un nouveau pari. On l'appelle madame la directrice...et c'est... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:34 - Commentaires [11] - Permalien [#]

04 octobre 2011

La grève des anges gardiens

Il y a grande agitation au paradis : les anges gardiens ont décidé de se mettre en grève. Ils en avaient assez qu'on ne s'intéresse pas à eux, que l'on rie de leurs avertissements et qu'on se moque de leur mises en gardes. Ils se sont donc réunis en assemblée plénière ou générale ou extraordinaire (ils connaissent très mal le vocabulaire de la grève), puis ils ont respectueusement demandé au Bon Dieu son autorisation (on a beau se révolter, on garde le sens de l'ordre des choses). Ils l'ont obtenu et c'est donc d'un coeur léger qu'ils... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:04 - Commentaires [14] - Permalien [#]
29 septembre 2011

Le jardin de la rivière

C'est un bien curieux jardin qui borde la rivière. Un jardin potager entièrement clos de mur à l'exception d'un joli petit portail de fer forgé qui l'ouvre sur la place et d'une porte qui donne directement sur la rivière. Un jardin potager mais un jardin d'agrément aussi comme ceux qu'avaient nos grands pères. Un jardin où on imagine les hommes en chemises blanches aux manches retroussées et aux pieds nus sous les bas de pantalon relevés. Une ligne qui traîne et attend paresseusement un poisson qui viendra parce qu'alors la rivière... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]
26 septembre 2011

La petite souris (2)

Le temps des travaux électriques était terminé, enfin pour quelque temps. Le jour suivant était un jour de plâtres, le premier jour d'une longue série tant la pièce avait besoin d'une grosse remise en forme. Inutile de vous dire que l'homme ne s'était pas inquiété de la souris. Il avait juste téléphoné aux propriétaires pour les prévenir de l'arrêt de leur appareil et du retour des petites bêtes. Il lui avaient répondu que c'était curieux et qu'ils se souvenaient l'avoir remis en état de marche lors de leur départ ."Dans la hâte ils... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
23 septembre 2011

La petite souris

L'homme est assis par terre. Il travaille dans une très grande pièce. Une ancienne étable, devenue atelier. Ce genre de pièce qui dans les fermes sert à tout. Des anneaux sur les murs pour attacher les animaux. Les traces du feu d'une forge. L'empreinte sur le mur d'une cheminée écroulée. Cette pièce deviendra un grand salon. Pas un des ces salons de villes aux murs droits, à la fois élégant et austère. Un salon de campagne, de réunion vives et joyeuses autour de la cheminée, animé de rires d'enfants, parfois de cris et de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:02 - Commentaires [19] - Permalien [#]