29 septembre 2011

Le jardin de la rivière

C'est un bien curieux jardin qui borde la rivière. Un jardin potager entièrement clos de mur à l'exception d'un joli petit portail de fer forgé qui l'ouvre sur la place et d'une porte qui donne directement sur la rivière. Un jardin potager mais un jardin d'agrément aussi comme ceux qu'avaient nos grands pères. Un jardin où on imagine les hommes en chemises blanches aux manches retroussées et aux pieds nus sous les bas de pantalon relevés. Une ligne qui traîne et attend paresseusement un poisson qui viendra parce qu'alors la rivière... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:39 - Commentaires [8] - Permalien [#]

26 septembre 2011

La petite souris (2)

Le temps des travaux électriques était terminé, enfin pour quelque temps. Le jour suivant était un jour de plâtres, le premier jour d'une longue série tant la pièce avait besoin d'une grosse remise en forme. Inutile de vous dire que l'homme ne s'était pas inquiété de la souris. Il avait juste téléphoné aux propriétaires pour les prévenir de l'arrêt de leur appareil et du retour des petites bêtes. Il lui avaient répondu que c'était curieux et qu'ils se souvenaient l'avoir remis en état de marche lors de leur départ ."Dans la hâte ils... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:00 - Commentaires [13] - Permalien [#]
23 septembre 2011

La petite souris

L'homme est assis par terre. Il travaille dans une très grande pièce. Une ancienne étable, devenue atelier. Ce genre de pièce qui dans les fermes sert à tout. Des anneaux sur les murs pour attacher les animaux. Les traces du feu d'une forge. L'empreinte sur le mur d'une cheminée écroulée. Cette pièce deviendra un grand salon. Pas un des ces salons de villes aux murs droits, à la fois élégant et austère. Un salon de campagne, de réunion vives et joyeuses autour de la cheminée, animé de rires d'enfants, parfois de cris et de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:02 - Commentaires [19] - Permalien [#]
21 septembre 2011

Le jardin d'à côté (4)

(suite du 7 mai 2011) Ainsi il était là et il était chez lui. Il n'avait même pas tenté d'ouvrir une des vieilles portes rouillées. il était passé par dessus le mur. Comme un voleur ? Non, comme un explorateur, comme un aventurier. Ce jardin il l'avait acheté sans même le visiter avec le propriétaire. Il y était venu plusieurs fois, à la sauvette, en cachette de tous. On y avançait à grand-peine tant il était semé d'obstacles. Vieux morceaux de charrettes, vieux pneus de tracteurs, dans un coin une vieille Juvaquatre, des tas de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 13:30 - Commentaires [6] - Permalien [#]
19 septembre 2011

Mon cher cousin de Bergerac,

Si tu savais comme tu nous manques depuis que tu nous a quitté. Tout de toi nous manque . Tes mots bien sûr, ton savoir, tes coups de gueules et tes coups de poings, ton courage et ta tendresse. Lorsque tu étais là, tu ne t'en apercevais pas tant tu étais occupé à écrire en secret pour celle que tu aimais et qui s'en aperçut trop tard. Nous admirions ton savoir, tes écrits, ton pouvoir et ta force. Nous passions des heures à la salle d'armes pour tenter de manier aussi bien l'épée que toi. Nous te suivions en secret lorsque tu... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:06 - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 septembre 2011

T'a pas cent balles ?

C'est l'image qui m'a réveillé. Un clochard improbable dans mon village où personne ne mendie. Parfois  à la sortie de l'église mais il repart aussitôt sa "misson" terminée. L'homme était devant moi misérable et me sortait cette phrase qu'il n'avait pas préparé et qui n'a plus de sens. Ses habits sentaient la misère, le parcours cahotique. son visage était marqué des coups et des années et sa bouche édentée de l'évidence de la haîne. Il ne devait pas être bien vieux mais en vérité il ne semblait pas avoir d'âge. Je me sentais à... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 04:28 - Commentaires [10] - Permalien [#]

16 septembre 2011

Les marchands

Quelques dures journées un peu trop chaudes. Quelques nuits hachées. Un peu trop de fatigue qui s'est accumulée. Il faut alors faire appel à la joie de vivre des autres. S'imaginer le marché de demain. Un premier tour d'abord, très tôt, pour voir si chacun est à sa place et si le théâtre est prêt à reçevoir la comédie humaine. Un tour à deux avec le petit chien qui hume avec délices les odeurs de la bonne nourriture et les promesses de poubelles débordantes. Puis on y retourne à l'heure où le marché bât son plein. Entendre le... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:44 - Commentaires [8] - Permalien [#]
14 septembre 2011

Les BONS MOTS

L'homme est de retour devant sa table de travail. Doit-on dire table de travail quand l'écriture justement n'est pas un travail mais un bonheur et depuis quelques temps un bonheur partagé ? Ses mains sont encore fatiguées des efforts de la journée. Les doigts manquent encore de souplesse. Mais touche après touche, caractère après caractère, la souplesse revient et avec elle le plaisir. L'écriture de la dernière nuit renvoyait des réponses, relançait des débats, s'amusait d'autres écrits. Et il y eu une petite histoire pour deux... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:36 - Commentaires [9] - Permalien [#]
12 septembre 2011

La petite soeur

Marseille. Samedi. Un quartier très populaire au joli nom. Beaucoup de monde dans les rues, un échantillonnage de familles du monde entier. Beaucoup de gens pauvres, de la misère du monde entier..et de la joie aussi, des rires du monde entier. Un marché, du bruit, de la vie. Au coeur de ce quartier, une clairière inondée de soleil. Un grand espace, une grande maison, un grand jardin. Un petit bout de campagne accroché en pleine ville. Là aussi la pauvreté mais un autre genre de pauvreté, désirée. Un bel endroit de simplicité et de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:36 - Commentaires [17] - Permalien [#]
08 septembre 2011

Moleskine

L'homme prenait vraiment goût à l'écriture. Les idées lui venaient et puis disparaissaient. Il n'arrivait pas à les saisir assez vite. Il passait de plus en plus de temps à écrire, à lire les messages de ses amis ou leurs commentaires. Hélas il avait trop peu de temps et pendant ses journées de travail, il lui était trop dur de noter ses idées. Dans son ancienne vie, vie de vanités et d'apparences, l'ordinateur était un compagnon fidèle, toujours sur son bureau. Aujourd'hui c'est différent, les outils ont remplacé les instruments du... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:17 - Commentaires [12] - Permalien [#]