18 juillet 2011

Un ami retrouvé

Je l'avais laissé un  jour, un lendemain de bac, en partant vers une autre vie. Il appartenait à une autre maison. Puis il appartint à une autre vie, une ancienne vie. Il disparut au hasard d'un déménagement et un jour je ne le trouvai plus dans la maison de mes parents. Les livres comme les hommes quittent un jour notre regard, nos pensées. De temps en temps un mot, une idée nous ramènent vers eux, parfois fugitivement, parfois pour une nouvelle histoire. Celui ci faisait partie d'une fin d'adolescence, de ces livres lus... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:52 - Commentaires [10] - Permalien [#]

12 juillet 2011

Madame B.. parle à son "poste".

Elle dit son "poste", madame B, comme ses parents disaient pour leur antique poste de radio qui trônait au salon et qu'ils écoutaient religieusement grésiller. La génération de Madame B. fut celle de la Télévision, puis de la TV, puis enfin de la télé au fur et à mesure que les changements d'abréviation marquaient les changements de technologie. Madame B. est seule, ou plutôt madame B crut longtemps qu'elle était seule. Elle n'eut pas la chance de décrocher ce grand amour dont elle rêva longtemps. Qui d'ailleurs aurait voulu d'elle... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:52 - Commentaires [10] - Permalien [#]
09 juillet 2011

Cinéma

Un soir de semaine. Un soir ordinaire. Une semaine d'été. Un été qui devient enfin trop chaud. Le soir tombe. Le village est déjà plongé dans le silence. Seuls quelques marcheurs, pourtant rares à l'ordinaire les soirs de semaine. Des autos leur demandent un renseignement. "Il paraît qu'il y a un cinéma en plein air.Pouvez-vous nous dire où cela se passe ?". "Suivez-nous répondent les passants. Et on arrive dans la cours de l'école, fermée en ce temps de vacances. Vide d'enfants à l'exception des quelques-uns qui ont pu accompagner... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:59 - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 juillet 2011

Le temps

C'est le même mot qui définit cette chaleur implacable, dure pour l'homme qui répare les maisons...et ce temps qui passe. Dans une de ses maisons, il a réouvert et redécouvert d'anciennes meutrières. Lumière du nord, lumière des peintres, lumière de la fraicheur en provence. La piéce sera un immense salon, une grande cheminée en plâtre à imaginer et à créer, du plâtre ancien, de la pierre, des plafonds de bois et de plâtre mélés.Un vrai bonheur mais qu'il fait chaud ! Dès que l'on passe la lourde porte de bois, on entre dans un four. ... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:53 - Commentaires [5] - Permalien [#]
03 juillet 2011

Petites choses

Bonjour à tous, Le mistral est enfin tombé qui rend à l'été sa vraie place. Tout est calme dans le village. Tôt le matin ce sont les plus vieux, les plus simples ou simplement les plus matinaux qui occupent la place. Une "journée du solex" se met en place doucement et les vieilles machines sortent des camionnettes. Il y aura certainement une parade et un défilé. Un ami rencontré. Sa femme est morte il y a peu de mois, bien trop jeune, bien trop gaie pour la mort. Quelques mots ordinaires échangés. "Et pour le reste , ça va ?" "On... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:15 - Commentaires [12] - Permalien [#]
30 juin 2011

Le jeu du "je"

Jacques s'était assis devant la feuille blanche. Très impressionné. Il avait enfin décidé d'écrire à la première personne du singulier. Ecrire à la première personne était pour lui quelque chose d'insolite, presque impudique. Toute son enfance, il avait reçu l'éducation complétement contraire. "Ne pas parler de soi." "Rester à sa place." "Ne pas considérer que ce qu'on faisait ou que ce que l'on disait pouvait avoir une quelconque importance." Ce n'était pas le cas dans sa famille où chacun des nombreux enfants avait toujours quelque... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 20:19 - Commentaires [9] - Permalien [#]

26 juin 2011

Un dimanche matin d'été.

Un vrai dimanche matin d'été, de Provence. Une de ces nuits qui commencent à être vraiment chaude. Les gens recherchent les piscines ou, mieux, la fraîcheur des murs épais des vieilles maisons. Jacques s'est couché tard après une douce soirée de retrouvailles familiales. En rentrant, il a vu sur la place du village les employés municipaux ranger les restes du feu de la saint Jean et de la fête qui le suit . Quelques petits  devenus grands sont capables enfin de  sauter ce feu sans peur. Quelques anciens ont du s'y essayer... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:48 - Commentaires [13] - Permalien [#]
24 juin 2011

Qu'importe le flacon...

Le soir était là depuis quelques heures. un soir d'été dans le sud de la France. Mais un soir d'un été qui avait encore un petit goût de printemps. Un peu frais, un peu de vent, des pluies pas très anciennes. La jeune femme dessinait,  assise sur un canapé, les jambes repliées. Elle écoutait de la musique. Des enfants dormaient dans leur chambre. Sans bruit. Les enfants dorment sans bruit et sans déranger. Leur tête est pleine de doux rêves. Les vacances approchent pour eux avec toutes leurs promesses de bonheurs partagés, de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:15 - Commentaires [8] - Permalien [#]
21 juin 2011

L'homme qui répare les maisons cassées

Une petite fille : elle s'appelle Eloïse. Une gentille petite fille. Une maman seule. Un papa parti trop vite, trop jeune. Elle est gardée par des amis. Des amis gentils. L'homme qui parle travaille chez ces amis. Il répare un escalier. Un des ces beaux escaliers de Provence. Nez de marche en bois usé par les années, vieux carrelages branlants sur un lit de plâtre. Une très jolie rampe en fer forgé, trés simple, suit le mur pour aider à la montée lorsque le temps est trop lourd. Une maison qu'on répare. Une petite fille qui parle, qui... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 23:09 - Commentaires [11] - Permalien [#]
19 juin 2011

"Père"

Ce jour là Jacques vivait un bien curieux mystère : il était devenu père. L'origine était confondue dans des gestes d'amours répetés et partagés. La suite avait été pour lui plus mystèrieuse. Cette vie qui lui appartenait aussi et qui grandissait dans un corps qu'il aimait. Cette vie qui lui échappait, dont il ne pouvait recueillir que quelques coups impatients au travers d'un autre corps. Des coups qui semblaient dire : "Vite ! que je sorte ! Je suis très bien au sein de ce corps, mais j'ai très envie de vous connaître." Il lui... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:24 - Commentaires [8] - Permalien [#]