07 mars 2012

Et si....

Et si je reprenais la plume. Et si je laissais de côté ce sentiment un peu amer d'un blog trop peu lu, d'amis un peu lointains, pas trop vus. Et si j'oubliai ce week-end parisien. Cette ville délicieuse mais trop grise. Et si je me concentrai sur ces nouveaux fiancés que j'avais rencontré. Lui très fier, Elle très douce. tous deux émus d'un rite qui, s'il n'a plus trop court, garde en lui ce goût sucré de promesse et de sagesse, de patience et de paix. Et cette prestigieuse école rencontrée au hasard d'une rue où mon dernier fils ira... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:42 - Commentaires [15] - Permalien [#]

28 février 2012

Hommage

Ce samedi matin aurait pu être bien calme dans le petit monde des blogs. Les premiers signes du printemps apparaissant, on sentait une certaine désaffectation pour les rencontres quotidiennes, et puis c'était le temps des vacances, ces périodes où l'on retrouve d'autres endroits, d'autres êtres aimés, ce temps des retrouvailles et où alors on repousse au second plan ces distractions du clavier et de l'écran. C'est là l'ordre des choses et l'ordre des sentiments. Mais pour lui le matin restait le temps béni où dans la maison... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:32 - Commentaires [10] - Permalien [#]
24 février 2012

Un(e) drôle de plafond !

C'était le début de l'après-midi, l'heure où ,juste après le repas, la fatigue vous guette si vous vous vous êtes levé trop tôt. Ce n'était pas le repas qui l'indisposait. Depuis quelques jours il se nourrissait frugalement. Il s'agisait d'éliminer quelques mauvais kilos venus sournoisement s'installer dans les périodes d'hiver, lorsque le froid donne envie de ces plats forts et riches qui redonnent des forces et que les efforts sont réduits par le froid ambiant. Une grosse salade d'endives mélangées froides à une boîte de thon en... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:00 - Commentaires [11] - Permalien [#]
20 février 2012

Où il est à nouveau question d'Hercule Savinien

L'histoire est toute fraîche. Le soir tardait un peu plus à tomber. Chaque jour nous offrait quelques précieuses minutes supplémentaires mais le mistral, lui, redoublait de force. Je m'apprêtais à terminer une longue journée passée à poncer plafonds et murs et j'étais blanc comme un vieux boulanger. Tout à coup le vent cessa. Pendant quelques minutes on n'entendit plus rien. Puis une immense clameur. Un étrange attelage. Plusieurs centaines de canards, harnachés ensemble, tiraient une sorte de carrosse transparent. On eut dit qu'il... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:57 - Commentaires [10] - Permalien [#]
18 février 2012

Un samedi, somme toute, ordinaire

...que celui qui se profile. Il était encore tôt hier soir quand la fatigue avait eu raison de lui. Une vraie journée difficile. Un plafond à réparer. Lorsque les anciens le firent, ce plafond, ils s'étaient contentés de poser les grosses poutres, puis de placer ces kess, ces bois fendus dans le sens de la longueur, puis ils avaient placé par dessous de grosses planches, remplis les espace d'un mélange de terre, de tessons d'argile, de plâtre et de chaux. Enfin ils avaient posé par dessus le carrelage des étages supérieurs. Mais le... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:59 - Commentaires [9] - Permalien [#]
16 février 2012

Une cane

Il s'était levé un mercredi matin dans un pays réchauffé où on pouvait enfin se remettre au travail. Se préparer. Partir. Pas trop de vent. Le jour venait de se lever lorsque, son sac à la main, il ouvrit le portail de sa maison. Il s'apprétait à la refermer lorsqu'il entendit un cri, plus exactement le "coin-coin d'un canard". Insolite dans cette maison qui se trouve au plein milieu des remparts de ce vieux village et où les quelques dizaines de mètres carrés de jardin sont justement les siens. Or, à sa connaissance, il ne possédait... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:48 - Commentaires [12] - Permalien [#]

13 février 2012

Ohé ! les mots ! où êtes-vous ?

Venez vite me rejoindre derrière l'écran de mon ordinateur. Sortez à tour de rôle en vous montrant sous vos plus beaux appâts. Faites des tours ! Faites des farces ! Venez vite nous sortir de cette torpeur glacée qui paralyse nos corps, nos coeurs et nos cerveaux ! Venez vite au secours de nos imaginations embuées et engluées dans le froid ambiant ! Sortez ceux parmi vous que nous avons oubliés ! Faites qu'ils dansent une grande farandole. Que ceux d'entre vos qui parlent de musique, de lumière, de couleur avancent d'un pas. Quoi ?... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:43 - Commentaires [11] - Permalien [#]
10 février 2012

CV : Jouer à cache-cache....

...avec le temps, avec le travail, avec l'argent. Se demander pourquoi, se demander comment les destins se tracent. On part dans la vie. On cahin-cahane à l'école, entre cancre et très bon élève. Puis on s'approche du bout, on trouve à l'étude un goût encore meilleur qu'au goût de la paresse. Et puis l'étude : un certain goût pour la bonne science dure. On aura un "bon" bac :  On fera une prépa. On passera des concours..et de nouveau l'école. On aimera toujours mêler les lettres et les maths. Une pause militaire dans des paysages... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 18:33 - Commentaires [13] - Permalien [#]
06 février 2012

Et le travail s'est arrêté.

La maison attendait. Elle réservait une mauvaise surprise. Les canalisations gelées. Plus d'eau dans les tuyaux. Pourtant elle était belle cette campagne sous un trop fort mistral. Un ciel dégagé à l'infini. Tous les petits cours d'eau, les roubines, les canaux gelés. Les arbres qui s'agitent en craquant. Pas un cri d'animal, ni d'oiseaux. On les imagine terrés à se protéger du froid. Les hommes semblent aussi avancer en pesant chacun de leurs mouvements. Pourtant ce n'est pas le froid si fort des autres régions. Pas d'eau.... Pas de... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:19 - Commentaires [13] - Permalien [#]
02 février 2012

Le froid...

Le froid perçant me rend paresseux. Un grand froid mais pas de neige. Quelques flocons mardi matin avaient justifié un repli immédiat du travail. Il faut dire qu'il tombait un de ces jours où le moindre prétexte peut arrêter un travail en cours qu'on trouve trop fatigant. Rien ne semble vouloir bouger: ni les bras, ni l'esprit. Pourtant le ciel est dégagé. Le solei brille assez fort mais le froid a fait taire les oiseaux et même la petite souris reste muette. Et puis il y ces bruits des hommes, ces agitations, ces verbiages, ces gens... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:25 - Commentaires [10] - Permalien [#]