31 mai 2012

Jacques et Jean

Deux prénoms bien classiques. Il y a longtemps deux frères : les fils de Zébéddée. Un nom qui me faisait sourire car il évoquait  Zébulon. aujourd'hui, Jacques et Jean,deux ouvriers sur un chantier, le hasard des rencontres du travail. On se cotoie. On s'analyse. On se scrute. On s'observe. On se jauge. On s'accepte...ou non.. Jacques fait naître un bureau d'un espace et Jean en aménage un certain nombre d'autres. Jacques travaille parce qu'il en a besoin. Jean ajoute quelques heures à une retraite bien méritée. Mais quand on a... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:29 - Commentaires [12] - Permalien [#]

28 mai 2012

Plusieurs journées

Il y aura plusieurs journées en ce jour. En tous cas, il l'espère. La journée de la paix, du repos de l'âme et du corps. Un jour où rien n'est imposé, ni par le besoin de gagner sa vie, ni par le rite, ni par une quelconque obligation. Un jour de repos qui suit un autre jour de repos. Un jour où le repos sera peut-être de faire...mais de faire pour soi. Quelques courses, quelques travaux de plaisir dans ce jardin qui a tant besoin de s'embellir et qui répond si bien aux attentes. Un jour aussi peut-être de quelques heures de repos :... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:40 - Commentaires [9] - Permalien [#]
25 mai 2012

Un premier jour de beau temps

...l'avait presque surpris tant le printemps tardait à se mettre en place. Pourtant il était là. Une très belle maison. Un repas sur la terrasse. Les chants des oiseaux et même une vraie chaleur l'après-midi. C'est un nouveau chantier mais plutôt un chantier récurrent qui revient au gré des rentrées d'argent. La maison est magnifique. Maison de campagne construite au 18éme siècle pour un riche chanoine de l'époque des érudits, des bibliothèques et des cabinets de curiosités. Une belle bastide, entourée de magnifiques platanes, qui... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:54 - Commentaires [5] - Permalien [#]
19 mai 2012

Moulins

Mon cher maître,   Il a bien fallu que je parte. Je vous avais suivi parce que j'ai cru en vous. Je voyais devant moi s'ouvrir les chemins de l'abondance et du bien-être. Puis j'ai d'abord souri à vos premiers écarts. J'y ai vu le signe de la faiblesse qui accompagne souvent les plus grandes destinées. Je me suis pris à vous aimer davantage, à vouloir vous servir encore mieux. J'avais envie que votre quête aboutisse, que vos combats aient un sens. Plus les autres doutaient de vous et de votre monde et plus j'ai eu envie d'y... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:41 - Commentaires [9] - Permalien [#]
13 mai 2012

Le mois de mai...

...avançait doucement. Le soleil tardait à venir à son rendez-vous. C'était partout l'incertitude. Son travail avançait. Les choses prenaient forme et quelques murs oubliés (un simple débarras) se transformaient sous ses mains en un bureau, en un refuge. Et puis il y avait eu cette pause. La médiocrité à la place de... la médiocrité. Médiocrité d'une fausse gauche contre la médiocrité d'une fausse droite. Les gouvernants reprenaient leurs places... et les bouffons s'essayaient à de nouveaux noms, à de nouveaux visages. Il eut pu en... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:11 - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 mai 2012

Elections : quelques images

Une période d'agitation, pas trop longue, heureusement ! Des hommes et des femmes qui s'invectivent. Dans la sphère politique chacun guette l'autre quand il sent le changement. Le courtisan se place, le renégat cherche déjà comment justifier son changement de camp. Un seul meeting, des arguments d'épiciers, de comptables, des chiffres qu'on se renvoie, pitoyable politique sans idées et sans idéaux. On se bat pour des pourcentages. Heureusement, il y a la dimension du village. Une première image : une petite vieille dame fraîche et... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:58 - Commentaires [14] - Permalien [#]

19 avril 2012

Mon cher Blog

Si tu savais comme j'aimerais passer plus de temps avec toi. Je n'y arrive pas. Je viens de terminer une grosse étape sur le chantier de la maison où vit mon amie la petite souris. Je ne l'ai même pas vue tant j'étais occupé. J'ai travaillé comme un forçat. Je voulais finir ce très grand salon où je me suis échiné sur les murs et sous  le plafond. Je dois te le dire (même si tu me trouve un peu orgueilleux)..mais j'étais très content du résultat. Et la "petite famille" qui attendait cette maison aussi. Cette semaine je me ... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:44 - Commentaires [17] - Permalien [#]
09 avril 2012

Et que faire de ce temps ?

De ce temps reçu en excès, la nuit. Tout à coup la nuit qui s'arrête, le sommeil qui part dans laisser de trace de fatigue mais simplement un peu plus de temps. Du temps de la nuit, du temps de la lecture, du temps de l'écriture, du temps de la pensée. Bien sûr, il y aura ce coup de pompe après le déjeuner, une brutale envie de dormir mais si courte et si facile à combattre. On se dira demain : "il faut te coucher plus tard !" . On le fera mais on se réveillera aussi tôt. rien ni fait, ni la fatigue, ni l'action. On se devrait d'en... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 05:16 - Commentaires [8] - Permalien [#]
07 avril 2012

Samedi de Pâques

C'est très tôt dans la nuit qu'il s'était réveillé pour la première fois. Un curieux réveil : la journée, fatigante, avait cependant été une journée particulière. Il avait conservé cette douce habitude du jeûne du Vendredi Saint. Une habitude conservée de l'enfance et renforcée par une foi qui lui semblait parfois étrange mais qui s'affirmait chaque année davantage. Il faudra qu'il en parle un jour de ce mouvement, de cet élan. Mais ce billet aujourd'hui s'imposait plus par ce réveil revenu à quatre heures et qui serait le dernier :... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 05:34 - Commentaires [7] - Permalien [#]
03 avril 2012

Du temps, des petits riens....

Du temps perdu ou du temps donné. Une grosse heure due à une bêtise. Un tuyau oublié. Un bassin vidé qu'il faut remplir vite, avant toute chose. Une grosse heure de retard dans des travaux urgents mais ne rien pouvoir faire de plus... qu'attendre. Pas le temps de mettre autre chose en oeuvre. Alors une heure gagnée pour l'écriture. Mais une heure imprévue sans trame, sans scénario, sans histoire. Une heure sans petite souris maligne pour me souffler à l'oreille. Une heure où les doigts, sur le clavier, se mettent en écriture... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:32 - Commentaires [3] - Permalien [#]