23 mai 2011

Il y a un homme dans le jardin.

On se souvient du jardin. On reviendra sur la découverte, les découvertes, le nettoyage. Mais on va être obligé de faire une pause pour accueillir le premier invité du jardin. C'est le père de Madame. Il est seul depuis quelques années. La mort de son épouse est le début pour lui d'une longue maladie. Il faut qu'il se repose. Il rejoint sa fille. Il a beaucoup maigri. Avec les années il était devenu plutôt fort. La maladie et la peine lui ont rendu l'allure du jeune homme mince qu'il fut. Il avait une belle moustache, il a maintenant... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 21:55 - Commentaires [6] - Permalien [#]

22 mai 2011

Samedi ordinaire

La place de l'Eglise est inondée de soleil. Sur le vieux pont deux pécheurs de 10 ans. "Alors ?" demande l'homme. "Le grand père vient de faire une truite. J'ai fait une truite hier. J'ai fait une truite avant-hier". Le tout est dit avec fierté, face à face, entre hommes. Avec un bel accent de Provence, tout en nuances, tout en douceur, pas l'accent des publicités de pizza ou d'huiles d'olive, pas un accent pour "parisiens". La place du marché est remplie d'étalages. Ce marché se mourrait. Il est encore un peu faible en hiver. Mais... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags :
19 mai 2011

Encore des mots...

Les mots étaient là, sur la table de travail, rangés en rang serrés comme pour la parade. Ils regardaiant Jacques atterrés. "Utilisez nous !" dit le plus malin d'entre eux, un mot d'esprit. " Nous sommes là depuis quelques jours sans utilité. Vous nous avez habitué à sortir, à nous présenter, à être utiles. Et nous souffrons de ce silence." Jacques leur répondit. "Désolé, j'aime à vous montrer, à vous organiser, à vous mettre en forme, à vous structurer. Mais il faut pour cela qu'il y ait un sens, une envie, un besoin. Le monde... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:30 - Commentaires [11] - Permalien [#]
16 mai 2011

Monsieur S...et sa fleur

Monsieur S...est japonais. Monsieur S.... habite Kesenumma. Ou plutôt habitait cette ville. Cette ville n'existe plus. Il y a deux mois une vague gigantesque l'a rayée de la carte. Une vague énorme, un déluge. Monsieur S était en voyage. Sa femme, sa mère et ses deux enfants étaient chez eux. Tout s'est passé très vite. Beaucoup trop vite. Monsieur S s'est retrouvé seul. Vraiment seul. Un chagrin indescriptible. Monsieur S. a pleuré ses morts. Il a accompli les rites de la mort. Il a accepté sa douleur avec un courage encore plus... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:11 - Commentaires [7] - Permalien [#]
15 mai 2011

La page d'écriture

Il y a, à Versailles, le magnifique potager du Roy. Il y a aussi en France des milliers de petits potagers modestes tenus par des amateurs qui partagent avec les grands l'amour des fleurs, des fruits, de la nature. Ils n'ont pas à rougir devant les plus prestigieux de leurs efforts ni de leurs résultats. Tous ont en commun le même amour, la même passion, chacun à sa mesure. De la même manière il y a des amoureux des mots et de l'écriture, qui prennent un peu de leur temps et de leurs efforts en se donnant beaucoup de plaisir pour... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:09 - Commentaires [7] - Permalien [#]
14 mai 2011

Défilé de mode

Frédéric Dupont venait de recevoir son invitation et son habilitation. Comme chaque année à la même période il allait couvrir les défilés des grands couturiers. Depuis le temps, l'ennui le guettait. Au début il était impressionné de croiser tout ce que le monde avait de plus cher et de plus beau. Ces élégantes tellement fortunées qu'il fallait le génie de ces créateurs pour les faire rêver. Ces hommes et ces femmes qui portaient les modèles semblaient venir d'un autre monde. Trop belles, trop grandes, trop fragiles les mannequins... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 10:57 - Commentaires [8] - Permalien [#]

13 mai 2011

Un chien

Un chien pas ordinaire. Il s'appelle Réglisse. On l'avait cité lors de l'acquisition du jardin : "un chien qui ne ressemble à rien". Ce n'était pas gentil, en tous cas malhabile. Une silhouette pas vraiment au top : on dira petite et plutôt trop enveloppée par une absence assez constante d'activité physique. On rêvait d'un jardin. A la promesse de ce jardin, un voisin nous persuada d'accepter un chiot de sa chienne. Une petite boule de poils noirs qui en aurait fait craquer plus d'un. Le père ? indéterminé...Il faut dire que Ficelle,... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 05:48 - Commentaires [7] - Permalien [#]
10 mai 2011

Roger (2)

Roger est un tout petit homme. Comme s'il s'excusait d'être là, comme s'il n'en voyait pas l'utilité. A l'école il était le voisin de Gaston. Deux bons élèves. Gaston a eu le certificat avec mention et les bourses du lycée. Roger a eu le certificat sans mention et n'a pas eu les bourses. Roger aimait l'école. Gaston est devenu maire. Roger est devenu Roger. Il avait 12 ans. C'était la guerre. On pouvait commencer plus tôt son apprentissage. A 13 ans il devint boulanger. 25 ans de boulangerie comme apprenti, puis comme ouvrier, puis... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:51 - Commentaires [8] - Permalien [#]
09 mai 2011

Concours (suite)

Il est reparti, hier soir, dans sa petite R5 passée et repassée entre cousins depuis qu'une tante un peu généreuse l'a donnée au premier d'entre eux. Une voiture vraiment pas chère qu'on s'échange entre étudiants  fauchés, couvertes des autos collants des parkings de ces lieux de souffrance universitaire. Chacun tremble en l'amenant au controle technique. Maintenant elle est presque plus âgée que la plupart de ceux qu'elle transporte. Il est parti pour la dernières semaine de ses derniers concours. Un peu reposé mais la tête... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:47 - Commentaires [5] - Permalien [#]
08 mai 2011

Roger

Et si je vous parlais de Roger. C'est le voisin du bout de la rue. Lorsque la famille de Jacques était arrivée Roger était déjà seul et Roger était déjà vieux. Cassé, marchant courbé. Boulanger, fils de boulanger, il avait du renoncer à la boulangerie à la mort de ses parents. Seul, il ne savait pas. Il était devenu ouvrier dans une usine proche. Un de ces ouvriers à l'ancienne, partant sur son vélo, toujours très proprement vétu de son bleu. La classe, celle des ouvriers d'autrefois fiers d'une condition que l'on louait encore avec... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 07:40 - Commentaires [5] - Permalien [#]