et pourquoi ne pas le dire ?

07 février 2023

La liste de Val…

0C8AA282-9FD6-4CDD-8AFC-DC2422B6F455

 

Tout le monde dort encore  : Une famille de marmottes ! Et pourtant ce n’est pas faute de bruit car j’ai eu le temps de couper et de fendre du bois, activité bruyante.
Les chats s’épient chacun dans une moitié de la maison et surveillent d’un air jaloux leurs gamelles. 
ELLE, est partie travailler et doit déjà s’impatienter de nous retrouver.
Les jours passent vite. Pourtant pas question de continuer mon chantier et de répandre de la poussière dans toute la maison.
Il y avait ce matin sur la table de la cuisine la lettre que j’ai mise en photo. L’anniversaire de Valentin approche et sa maman lui a demandé de faire une vraie liste plutôt que d’émettre un souhait nouveau toutes les cinq minutes.
Le résultat était là ce matin, clair, net et précis. Chacun de ces enfants a sa propre personnalité. Lui est assez impertinent et terriblement drôle : je crains pour ses rapports avec ses professeurs . Heureusement c’est un bon élève mais il est rare que ce type d’ironie soit appréciée. Moi, il me fait beaucoup rire, même si je dois parfois froncer les sourcils ou élever le ton. 
J’avoue que la précision de la demande, la diversité des commandes : tout ça m’a fait démarrer ma journée sur une note joyeuse.
J’ai prévu aujourd’hui d’aller avec eux au jardin familial. J’aimerais recouvrir mes allées d’un tapis de bois broyé pour éviter les mauvaises herbes et préparer, en y ajoutant les mauvaises herbes de mes carrés, un compost qui viendra ensuite enrichir la terre. 
J’ai arrosé un peu mon petit jardin ici, tant la pluie manque cette année. J’ai ensuite replongé dans la lecture d’un livre et je profite du temps qui le reste pour t’écrire quelques mots, ami lecteur.
Bonne journée. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 09:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]


05 février 2023

La nuit…

28A7D479-6D77-48E1-A9A4-382E786DB010

 

La maison est endormie. Notre chatte s’était enfermée seule dans une pièce et le bruit qu’elle faisait m’a fait me lever. Je ne dormais pas.
La nuit enveloppe tous les murs. Nos savoyards sont arrivés et en même temps un de nos couples marseillais : une soirée familiale bruyante et joyeuse autour d’un repas qu’ELLE avait préparé avec amour, ainsi que beaucoup d’autres, dans le but de rendre cette semaine facile pour tout le monde alors qu’ELLE travaillera.
J’ai fait visiter mon chantier en cours mais ce n’est pas très impressionnant. Il y a dans ces tâches tout une partie difficile et ingrate pendant laquelle on travaille beaucoup et où rien ne se voit qui précède une partie plus légère et joyeuse où tout semble se dégager de la gangue des travaux.
J’ai passé  la matinée à manipuler du bois et une partie de l’après-midi à gratter mon plafond. La soirée nous récompensa un peu de nos efforts.
Une tablée joyeuse dans la salle à manger à trois générations. Nous sommes devenus  un peu les témoins discrets de ces conversations pleines de vie et d’éclats de rires. C’est doux.
Tout le monde dort. Un deuxième petit chat est retenu dans les chambres des petits pour éviter l’affrontement des deux fauves qui hier soir se gardaient de se rencontrer l’un l’autre.
Quand le sommeil ne vient pas, se lever rend la chose tellement plus agréable. Quelques pages d’un livre de Sylvain Tesson me renvoient au grand Est. Un rapport un peu sérieux me fait réfléchir au sens des choses. C’est le moment de la réflexion et sinon de la prière, celui de ces petites prières courtes lancées vers le Ciel pour remercier, demander, admirer.
C’est aussi le moment du rendez-vous avec les lecteurs invisibles. 
Bonne nuit amis…et bon dimanche.

Posté par mrjacques à 05:06 - Commentaires [0] - Permalien [#]

03 février 2023

Le coin de la crèche….

9293D72A-E1E2-49AB-B23F-4103FA2FF9F1

 

L’endroit d’où je t’écris ce matin, ami lecteur, est un endroit interdit pour moi du début de décembre jusqu’au 2 février. C’est « le coin de la crèche » (dans notre ancien salon devenu salle à manger ) et le petit fauteuil crapaud où je suis installé est remplacé par une des ces belles crèches qu’ELLE compose tous les ans avec talent. 
Il y a encore quelques « failles » dans notre nouveau salon. Il est situé sous une pièce qui n’est pas encore isolée …alors il y fait froid le matin.
Dans ce fauteuil (qui a repris sa place)où je suis, bien installé sous un plaid de laine, il fait meilleur : juste ce mélange entre le froid qui maintient en éveil et le « un peu plus chaud » qui permet une réflexion sereine.
J’y ai une vue rassurante sur la table de ma salle à manger, et la « cour de derrière » devenue l’axe central de notre maison depuis son dernier agrandissement.
Je savoure le repos de ce matin où quelques obligations m’interdisent la rénovation, un peu trop présente en ce moment. Je « traîne » un peu, lisant ou relisant les mails de vœux de mes amis, picorant entre plusieurs livres ouverts, rêvassant un peu, entre rêves et projets.
Dans la farandole des visages aimés qui tournent autour de moi, revient souvent la petite tête toute mignonne de notre dernière petite fille dont je fais peu à peu la connaissance. Mais il y en a tellement d’autres que je me disperse beaucoup.
Je fais mes petits bilans d’une vie d’inaction qui devient chronique : mes travaux, mes lectures, mes « écritures », l’état de mon jardin, l’état de mes forces et de mes moyens (entre ses réjouir de ce qu’on a …encore et regretter d’être moins efficace). J’en profite pour entre plus en détail dans l’actualité du monde extérieur en essayant de n’être pas trop dépité et de me dire que la partie la plus pessimiste de mes analyses vient peut-être de l’âge (qui lui avance avec une régularité parfois pesante 😉).
Mais la semaine prochaine, c’est cure de jouvence : nos quatre petits savoyards viennent avec leurs parents et ce sera l’occasion de moments joyeux et de bonheurs supplémentaires. Pour eux la découverte de la première cousine (de notre côté) et une occasion nouvelle d’exercer leur tendresse.
Alors, cher ami lecteur, je dois te laisser et me mettre à l’ouvrage. Je te souhaite une bonne journée. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 08:32 - Commentaires [2] - Permalien [#]

01 février 2023

Frissons…

 

FEE9A3FD-0DCB-4DFE-8EB8-3FAD9E28ED6D

Est-ce une question d’âge ? Je crois que non. Est-ce une incapacité à contrôler ma fatigue ? Je crains que oui. Mais aussi loin que je remonte dans le temps, après une phase intense de travaux (ou autrefois de sport), une fois l’effort terminé et la douche consommée, mon corps se prends à trembler comme s’il avait, durant cet effort, dépensé toute la chaleur qu’il possédait. Je crains ne jamais en connaître la cause et cela n’a pas d’importance. 
Il faut un certain temps pour sortir de cet état et réunir plusieurs conditions : se rapprocher d’une source de chaleur, écouter une musique apaisante, sortir un vieil alcool et le déguster avec soin.
Je suis exactement dans cet état au moment où j’écris ces lignes et le mouvement dés doigt sur le clavier me permet de ramener un peu de calme. La musique fut successivement l’écoute de disques de Boris Vian (que je ne connais pas et que j’avais envie de découvrir) puis une complication de jazz. L’alcool un délicieux whisky japonais bu avec patience dans un charmant petit verre hexagonal accompagné d’une poignée de cacahuètes, le feu est celui  du poêle de mon salon. J’ai lu la lettre d’un vieil ami que me racontait un pèlerinage qu’il fit au travers de l’Europe et j’ai écrit à un jeune ami qui vient d’être ordonné prêtre.
J’attends qu’ELLE me rejoigne pour partager la fin de la soirée.
Pendant ce temps-là il se passe beaucoup de choses dans le monde et dans mon pays mais je me dis que je recommencerai a m’y intéresser quand je ne tremblerai plus.
Mon plafond avance. J’attends la visite de 4 de mes petits enfants et j’espère de quelques enfants dans quelques jours.
Bref tout va bien, ami lecteur. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 20:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

31 janvier 2023

« Vaincre ou mourir »

 

D4BD5FDF-7660-425C-82AC-AA6DA25B29B8

Il y a dans l’histoire de France des sujets tabous qu’il est interdit d’aborder sous peine d’exclusion intellectuelle. La répression sanglante en Vendée sous la révolution fait partie de cela. 
Pour résumer le raisonnement de cette forme de « bien-pensance » : la révolution fut une bonne chose. Donc il n’est sorti d’elle que du bon. Or la répression sanglante de la Vendée serait une mauvaise chose. Donc la répression en Vendée n’a pas existé. Pas plus compliqué que cela. Et ceux qui s’opposeront à ce raisonnement seront accusé d’obscurantisme. Merveilleux exemple de retournement de pensée.
Je déteste qu’on me dise ce que je dois penser Aussi lorsque sortit ce film « Vaincre et mourir » nous nous empressâmes d’aller le voir.
Si l’on en croit les critiques « bien pensantes », ce film serait non seulement un tissu de mensonges mais c’est en plus un échec cinématographique.
Et bien moi je l’ai tout simplement …aimé : L’histoire est celle de Charette, l’histoire bien triste d’un marin sans embarquement appelé par ses paysans à mener une sédition et qui y laissa tout : sa famille, ses biens, sa vie. Une belle histoire de dévouement et d’héroïsme, de fraternité d’armes, mais aussi de générosité …et d’erreurs assumées. C’est aussi l’histoire beaucoup moins glorieuse d’une férocité sans nom qui s’abattît sur cette région au nom de la révolution.
Comme il est de l’honneur des hommes de reconnaître leurs erreurs pour en demander et parfois en recevoir le pardon, il est de l’honneur des peuples de reconnaître l’existence des périodes noires de l’histoire, de les assumer et d’en espérer le pardon pour ceux qui s’y employèrent. Ceux qui se refusent à cet exercice se condamnent eux-mêmes au mensonge sans fin et au déshonneur. Tant pis pour eux mais je ne veux pas en être.
Je n’ai pas l’habitude d’écrire pour polémiquer. Je préfère raconter les mille bonheurs qui jalonnent une vie « ordinaire » mais là je suis obligé de faire exception. Bref nous avons aimé ce film et, s’il arrivait qu’on me demanda ce que j’en pense, je conseillerait à chacun d’aller le voir.
Bonne nuit, ami lecteur. Aujourd’hui c’était « grève » assumée ou supportée pour beaucoup d’entre nous. Pour moi ce fut bricolage.
Je te laisse. Je t’en souhaite une bonne nuit. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 23:57 - Commentaires [0] - Permalien [#]


L’ordre des choses…

8E3549EA-100D-4FE1-B8AC-CA7566080EEA

 

J’hésitais ce matin entre deux billets : le premier sur un film que nous avons vu hier soir, qui mérite un billet à lui seul et le second plus « familial » qui raconte nos bonheurs de grands-parents …ordinaires.
Je m’en voudrais de ne pas commencer par le second sujet et de ne pas parler de cette petite-fille qui grandit en âge et en sagesse a quelques dizaines de kilomètres de chez nous. Ses cousines et cousins aînés étaient trop éloignés pour que nous puissions les voir avec autant de facilité pour quelques heures. Alors dimanche nous profitions de cette proximité pour faire à nos enfants une petite visite. 
Nous partîmes tôt le matin assister à la messe dans une commune voisine dont nous ne connaissions pas l’église, fort belle au demeurant. Puis nous nous rendîmes à Marseille par la route qui permet de longer les ports et la mer et d’admirer cette baie fort jolie. Nous sommes très attachés à cette ville où nous avons vécu assez longtemps et que nous avons appris à connaître mais nous profitons de chaque visite pour découvrir un aspect que nous connaissons moins. 
L’appartement de nos enfants voisine avec le palais Longchamp et l’ancien jardin zoologique. Le premier est l’aboutissement d’un rêve marseillais d’approvisionnement en eau potable au prix d’énormes travaux. C’est un palais étrange qui a tout le charme de ce 19ème siècle, très entreprenant…et plutôt prétentieux. Il y abrite deux musées et nous profitâmes de notre passage pour visiter rapidement l’un d’eux. C’est aussi une immense cascade artificielle qui célèbre l’eau de façon grandiose. Nous avons arpenté tout cela avec une petite fille toute sage dans sa poussette, toute contente de découvrir de nouvelles sensations.
Une trop courte journée, retour dans cette belle ville, jour de repos aussi dans une séquence de travaux fatigants qui n’avancent pas assez vite. Quoi de plus simple que de passer quelques heures ainsi, en famille, à déguster cette proximité.
Avec l’âge, croît en moi le sentiment que les belles choses et les bons moments nous sont comptés. Il n’en résulte aucune frustration mais bien plutôt l’envie d’en saisir le plus et le mieux au passage.
Le vent souffle très fort chez nous. Le froid s’installe. Aujourd’hui notre pays est en grève et je déteste les grèves.La semaine a recommencé hier, plus forte de ces bons moments du week-end ..avec plus d’énergie.
Bonne semaine à toi, ami lecteur. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 07:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 janvier 2023

Pause café…

 

93168ECC-C69D-4BEA-864E-2384E6FF5012

Lorsqu’on vit dans un village, il est rare que l’on entre dans un café ou un salon de thé, surtout quand il est à moins de 50 m de chez soi. Mais j’avais très envie d’aller un matin faire un tour dans celui-ci. Comme il est situé juste en face de l’Eglise je profitai de ma « garde » du matin pour m’y offrir un petit déjeuner.
Pure gourmandise car j’avais déjà déjeuné 3 heures plus tôt 😉. 
Mais il y a quelque chose qui me plaît dans ce lieu : joliment décoré, de bon goût, on y offre la lecture du journal sur un  long  manche de bois, une musique feutrée de jazz, des étalages de produits fins d’épicerie, bref un salon de thé, de ville, … dans mon village.
Le centre de mon village est malheureusement trop souvent dépeuplé sinon désert et les activités qui y ramènent de la vie sont les bienvenues. Dans la rue principale (rue de la République…je préférais son nom d’autrefois : rue Notre-Dame) qui traverse le village du nord au sud il n’y a presque plus de boutiques mais depuis quelques années quelques commerçants courageux tentent de la faire revivre. Un marchand de pizzas (délicieuses), un marchand de macarons, un artisan créateur de vêtements et d’accessoires, un marchand de pierres rares, un boulanger et quelques activités de santé douce (réflexologie, podologie, etc..). 
La rue a été désertée au cours des années à cause d’un trop intense trafic routier qui l’avait rendue dangereuse. Aujourd’hui elle est apaisée et les rares voitures qui y passent le font à petite allure et à l’heure des écoles des bandes joyeuses et scolaires de cyclistes et de piétons la traversent avec de grands éclats de voix et de rires . Elle s’est embellie et mériterait certainement un retour d’affluence.
Je savourais donc le plaisir rare de ce petit déjeuner : un café au lait bien crémeux, un scone délicieux accompagné beurre et de confitures délicieuses d’oranges et de myrtilles (que je terminais à la cuillère comme un vrai gourmand). 
J’avais déjà testé d’autres spécialités du magasin car il est ouvert également à l’occasion des fêtes d’été mais j’avoue que ce plaisir « citadin »dans mon village.
Quelques mots échangés avec la propriétaire sur leurs projets et leurs espoirs et c’était déjà l’heure de regagner l’église (gelée en cette période 🥶🥶🥶).
Je sais qu’il y a parmi les lecteurs quelques habitants de mon village. J’encourage ceux qui n’ont pas encore franchi le seuil de ce magasin de le faire et ceux qui le connaître à le faire plus souvent et, qui sait ?, cet endroit deviendra peut-être un rendez-vous incontournable un de ces endroits où quelque soit l’heure à laquelle on passe on entrevoit des amis attablés, on échange un salut quelques mots, on se donne rendez-vous avant ou après le marché. 
En tous cas’ amis Thorois, vous pouvez même partager ce billet pour faire connaître cet endroit 😉.
Ça s’appelle « Maïsse ». Je n’ai pensé à demander d’où venait ce nom…mais ça sonne clair.
Raconter un plaisir un samedi matin avant de se mettre à l’ouvrage, c’est un peu le vivre. Ce matin c’est « ramassage des feuilles de la maison paroissiale » : quel vie trépidante que celle d’un retraité en Provence ! 
Bon week-end à toi, ami lecteur. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 08:19 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 janvier 2023

Villageois…

 

7E229166-3525-4297-82DA-B8B48F076788

Dans une enfance plutôt nomade où nous avons souvent déménagé en famille, j’enviais mes camarades sédentaires qui passaient leur vie au même endroit avec un réseau bien établi d’amis, de cousins, d’habitudes. Je pensais que c’était très confortable et sécurisant.
Pourtant lorsque nous installâmes notre propre famille, depuis longtemps dans le même village, il nous fallut pas mal de temps pour y trouver notre place : Mon travail était ailleurs et me faisait beaucoup me déplacer. Nous ne fréquentions pas les écoles du village pour offrir à nos enfants une scolarité qui nous paraissait plus conforme à nos convictions. La plupart de nos activités étaient a l’extérieur. 
Assez tard, mais dès que je le pus, je décidai de m’intéresser davantage à la vie locale. Je participai même plusieurs années au conseil municipal et appris à connaître ce tissu local. J’y avais un certain plaisir et j’y serai encore si j’étais un peu plus docile à l’autorité quand je la juge inappropriée…mais là n’est pas le problème.
J’essayais d’être disponible pour des petits travaux de manutention ou de nettoyage à l’église. J’assurai une permanence de présence aussi. Et cet année j’acceptai de prendre la responsabilité d’une année de catéchisme. Ainsi, une heure par semaine, je me trouve face à sept petites têtes brunes ou blondes, qui écoutent avec sagesse et sérieux un monsieur de l’âge de leurs grands-pères leur expliquer du mieux qu’il peut une religion qu’il aime.
L’exercice n’est pas facile pour moi qui ne suis ni très savant, ni très pédagogue. Mais c’est une bonne école de patience et un exercice intéressant car quoi de plus exigeant que de trouver les moyens d’expliquer des notions qui semblent ancrées en soi mais difficile à formuler.
Je crois que c’est un des exercices auquel je me livre avec le plus grand soin. Je suis en effet catholique un peu comme monsieur Jourdain faisait de la prose…sans le savoir.
L’expérience nous aide à comprendre le peu d’impact que nous pouvons avoir individuellement sur la politique ou la vie collective en général mais je crois de plus en plus à ces petits gestes du quotidien, à ces petits services, à ces petits exemples. Je crois aussi de plus en plus que, sans perdre le bonheur de voyager, de travailler dans d’autres pays où dans d’autres régions, de connaître d’autres horizons, il y a une certaine sagesse à se recentrer sur la vie locale et à y prendre (ou y donner 😉) tout ce qu’il peut y avoir de bon. Cultiver son jardin, faire ces petites tâches, raconter à ses petits-enfants l’histoire de leur familles et de ce qui les a construit : tout cela me semble bon et utile.
En tous cas, c’est très doux.
Mais c’est justement mon heure de « garde » et je dois m’y préparer et, avant cela, je crois que je vais me faire un petit plaisir : aller prendre un café dans un petit salon de thé-épicerie fine qui s’est installé juste en face de l’église. Une initiative bien sympathique que je n’ai pas encore testée le matin.
Donc je te quitte, ami lecteur. Je te souhaite une bonne journée. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 08:17 - Commentaires [0] - Permalien [#]

26 janvier 2023

Une raison de plus…

 

86286AF5-E122-4A2C-AB47-6E095A18BEC8

…d’aimer Marseille. J’avais trop envie depuis samedi dernier de diffuser l’information mais je ne voulais pas voler la primeur de l’annonce à mes enfants.
Depuis quelques semaines à Marseille, dans un ventre qui va d’arrondir doucement,  un petit embryon pousse doucement. Ce sera probablement une fille, une petit marseillaise, comme sa cousine de quelques semaines. 
Mon « petit » garçon travaille à améliorer des très gros bateaux et en même temps ils nous préparaient tous les deux cette belle surprise. Dans leur petit appartement au pied de Notre Dame de la Garde, un de ces appartements marseillais biscornus comme on les aime chez nous, ils nous fabriquent pour l’été …une petite merveille.
Il faut que je me mette au travail car mon plafond ne se réparera pas tout seul (hélas !) et ce petit bébé est une raison de plus d’agrandir la maison.
Je suis trop content pour eux mais aussi pour nous. 
L’arrivée ou l’attente de ces deux « nouvelles » va entraîner un autre chantier : rajeunir la cabane….mais je compte bien pour cela sur l’aide de nos grands.
La vie avance et dans ce monde qui manque parfois un peu d’espérance l’idée de continuer à préparer un peu l’avenir de ces enfants par nos petits travaux et nos petites prières est un moteur puissant.
C’est la seule raison de mon billet de ce matin : partager avec toi cette belle attente. Je te souhaite une bonne journée. Je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 08:39 - Commentaires [1] - Permalien [#]

25 janvier 2023

Atermoiement….

868C43F2-EAE1-4911-81E4-BBDD6263D6D8

 

Le froid qui règne même sur la Provence rend le plâtrier paresseux et le « billettiste » aussi. Aussi aucun des deux n’arrive à se décoller du canapé où, bien au chaud sous un plaid, il cherche des raisons de différer.
Les plus anciens (qui ont connu Tintin) se souviennent des états d’âme du capitaine Haddock face à un verre de whisky prometteur. Un petit ange gardien le retient de la boire pendant qu’un diablotin au pied fourchu et à la langue mauvaise l’incite à se laisser tenter. C’est un peu ça ce matin 😉sauf qu’il ne s’agit pas d’un délicieux whisky (ça c’était hier soir !😉) mais d’un plafond fatigué.
Remettre en état un plafond provençal ça veut dire : nettoyer des plâtres centenaires, casser les parties menaçantes, gratter des poutres abîmés … c’est à dire à l’aide d’une masse et d’un burin et de diverses brosses prendre une douche de gravats et de poussières diverses et anciennes, puis mélanger une eau glacée et un plâtre, qui ne l’est pas moins, pour boucher les trous, réparer ce qui est réparable en étalant ce plâtre au plafond… au mépris des lois de la pesanteur qui se venge en répandant parfois sur vous ce mélange humide et froid. Tout ça dans une pièce à 6 degrés au départ pour culminer à 12 ou 13 degrés après l’effet bienfaisant d’un chauffage de chantier. J’ajoute les bras en l’air, juché sur un escabeau en écoutant de la musique ou des émissions savantes de radio.
Avoue, ami lecteur…que ça ne fait pas vraiment rêver.
Mais l’idée de ce plafond retrouvé (peut être plus beau qu’il n’aura jamais été), la joie de mes proche de ces travaux qui reprennent, la réunion prochaine de la famille (et peut-être l’aide de mes petits-enfants ), les compliments que je ne manquerai pas de recevoir (« Vanitas vanitatum et omnia vanitas ») devraient me permettre de décoller du canapé, de me mettre en tenue..et d’attaquer ma journée.
Tu le vois, ami lecteur et confident, derrière l’image avantageuse que je me donne…il y a parfois beaucoup…d’atermoiements.
Je te souhaite à toi aussi du courage…je t’embrasse.

Posté par mrjacques à 08:49 - Commentaires [1] - Permalien [#]