Dimanche, 15 h : le petit homme en costume bleu marine s'est réfugié dans son bureau. Il fulmine. La manifestation n'arrête pas de grossir. On a été obligé d'ouvrir l'entrée sur de nouvelles avenues. Il se renseigne. 

- " Pas d'incident ?
Il aurait préféré avoir des casseurs. 
Quelques femmes hystériques, des "Femen", toutes dévouées à la cause adverse ont bien essayé de pénétrer au travers des lignes mais elles se sont fait refouler...et en plus avec ménagement par un service d'ordre plus enclin à les plaindre de se laisser ainsi manipuler qu'à les blâmer de leur violence.
- "Pas même quelques vitrines cassées par des voyous venus de la banlieue ?" 
Et bien non ! Personne n'est descendu et n'est venu se mêler à cette foule. Les policiers n'en reviennent pas. Pas une dégradation. Pas une bavure. Pas une vitrine touchée. Pas une voiture abîmée. On ramasse même les papiers qui traînent. Un service d'ordre qui dit :" Merci !" Ou "Pardon !"....on est loin des exercices de manifestation de l'école de police. 
- Dans le désordre laissé par cette manifestation insuffisamment estimée par le préfet et le ministre, on a du ouvrir le passage de l'Arc de Triomphe. Quelques manifestants ont traversé et errent en attendant de rejoindre le gros de la troupe.
- Les deux hommes rejetés ,le préfet et le ministre , voient là comme une aubaine. 
- "Dramatisez." Ordonnent-ils à leurs troupes. " Trouvez les plus durs de vos hommes. Prenez les moins scrupuleux. Vous avez devant vous des hommes, des femmes, parfois des enfants ou même des vieillards. Faites leur peur ! Menacez ! Créez l'incident, l'accident, la bavure !"
Malheureusement pour eux, ils sont rares ceux qui dans la gendarmerie et la police possèdent de tels défauts. Ils en trouveront quand même. On lâche les troupes sur de braves gens égares qui brandissent leur drapeaux ou chantent la Marseillaise. On leur jette des grenades lacrymogènes. On les menace. On les emprisonne. On sait que peu de journalistes auront le courage de montrer ces images.
Mais déjà les films, les photos, les récits circulent sur le monde de l'Internet. Ce monde qu'ils avaient tant vanté lors des printemps arabes, voilà qu'il se retourne contre eux.
- " Que doit-on faire monsieur ?"
L'homme au costume bleu marine est désemparé. Il commence à douter. Mais il n'a pas le choix. Il faut blâmer, maudire, mentir et mentir encore. Dans quelques jours il doit passer à la télévision. Déjà les sondages s'effondrent. Il faut tenir les promesses faites au petit homme en gris.
 Sur le terrain des hommes blessés, des femmes meurtries, des enfants gazés en larmes. On se retire dans la peine. Les manifestants sont sur le chemin du retour.
Ce soir, il prendra ses ordres auprès du petit hommes en gris. Demain il réunira ses ministres. Il punira. Il ordonnera. Déjà les premiers commencent à trahir. 
Ce dimanche là, il ne s'est rien passé monsieur le petit homme en bleu marine. Il y a eu à peine 300.000 manifestants. Ce jour là, il ne s'est rien passé sinon que ce fut le jour de trop, le jour de la colère.
Il se retire. Il part de ce palais qui décidément est bien trop grand pour  lui. Sur le chemin du retour il croise ceux qui partent.
Au détour d'une rue un homme chante : 
"A la cour du Roi Pétaud, on marie les hommes aux hommes et les femmes aux femmes.
"Mais a la cour du roi Petaud,seul le roi ne se marie pas.
"A la cour du Roi Pétaud, on tire sur les femmes, on gaze les enfants.
"A la cour du Roi Pétaud, on bâillonne l'innocent, on encense le coupable.
"A la cour du Roi Pétaud, tout est dessus dessous.
"A la cour du Roi Pétaud, le roi est trop petit. Son costume est trop grand."
Il hurle : " Que l'on fasse taire cet homme !" 
Mais déjà plus personne ne l'entend....
 
Ami(e) si cette histoire te plaît, attend demain la suite et tu sauras comment ,et tu sauras pourquoi un petit homme en bleu marine a su précipiter sa chute. Demain je te raconterai cet homme en gris que j'ai évoqué tout à l'heure , qui ,dans l'ombre, tire les fils de cette machination.
Et si cette histoire a l'heur de te plaire n'hésite pas a la partager avec tes amis.
Sinon tu n'as qu'à me le dire par mail et je te retirerai de ma liste de diffusion.
A demain....