C'était le jour de mon anniversaire. Un jour un peu en demi-teinte car ce jour-là on enterrait le père d'un ami. Je savais qu'une partie de la journée serait consacrée à ces obsèques. Mais être associé à la peine des amis, et aussi à ces retrouvailles familiales que sont les enterrements, c'est bien plus important que cette simple date sur un calendrier.

La notion de la mort évolue dans le temps. Elle est d'abord scandale quand elle enlève trop tôt ceux dont on se dit que ce n'était pas encore l'heure. Puis on s'habitue à elle. On la rencontre de plus en plus souvent. On l'apprivoise un peu...à moins que ca ne soit elle qui ne le fasse..On se dit que là, on est un peu dans l'ordre du temps, un monsieur âgé, au moment où la souffrance s'installe, qui doit retrouver une compagne partie quelques années avant. Et puis il y a cet espoir partagé d'une vie éternelle qui change aussi beaucoup nos rapports avec "la camarde".
Mais le jour passa sans pouvoir trop recevoir les habituels gestes et messages des amis. Je ratai même le message de mes deux petites princesses et de mes deux petits chevaliers qui quittent le pays des rois mages pour le pays des moulins.
Et pourtant vers midi, à l'heure où j'accédai aux premiers messages sur mon téléphone, une nouvelle bien sympathique : la naissance le matin même d'une jolie petite nièce, toute prête pour la vie...un beau cadeau d'anniversaire. Une petite Sybille toute belle.
J'ai plusieurs amis qui sont nés le le le jour que moi, à quelques années d'intervalle, et si je ne crois pas trop au jeu subtil des étoiles, j'aime cette proximité. Là, cette petite fille, qui nait le jour où l'on officialise le départ d'un autre donnait un sens un peu plus précis à l'éternité. Un peu comme si une âme venait à son tour faire son passage sur terre en remplacement d'une autre revenue à son Père.

Le lendemain une surprise m'attendait au déjeuner : un bateau. Un fameux trois mats fin comme un oiseau ? Pas tout à fait, mais un très beau kayak gonflable qui me servira à explorer les rivières alentour et le bord de mer qui n'est pas si loin.
Je possède déjà, en partage avec un ami, deux canoës qui m'ont permis de m'y aventurer parfois mais je ne peux les manœuvrer seul et il est bien compliqué de trouver à la fois, le temps et le compagnon de promenade.
Un bateau qui vient habiller un rêve et quelques expériences et qui sera, j'espère, un transporteur d'ami, d'enfant, de petit-enfant, en quête de connaitre mieux ce pays "en arrivant par l'eau"...il a l'allure modeste des bateaux des rêves et la puissance conquérante à la fois....
Le même soir, autre surprise, mes deux garçons qui revenaient, beaux et bronzés d'une semaine partagée de montagne. J'avoue avoir un instant envié leur jeunesse mais vite ressaisi par les bonheurs nouveaux que m'offre chaque jour, nous terminâmes à quatre la soirée dans un étrange restaurant un peu hétéroclite, découvert par hasard.
Pendant ce temps la vie continue de tourner : ma grande fille qui s'apprête à changer de travail, la seconde et sa tribu qui sont en route vers l'Europe. Tout ca sous le regard bienveillant d'un Dieu qui souvent sait adoucir, par des petits bonheurs, notre passage sur terre.
Alors, ami lecteur, je le permets de partager avec toi un peu de ces bonheurs, un pru de ces attentes, un peu de ces peines parfois...à toi qui, patient et attentif, accepte de partager l'écume de ces moments...et quand tout n'est pas si rose, celle de mes prières.
Bonne journée !

ps : merci à ceux qui par leurs messages ou dans le secret de leurs cœurs se sont associés à ce jour-étape. Je les embrasse.