F7288394-BC4B-4DD5-9D3E-CD0FEE6CAD60

Je me suis couché en pensant à vous et réveillé en y pensant encore. C’est vraiment loin l’autre bout de la terre quand vos nuits sont nos jours et nos jours vos nuits. C’est encore plus loin quand on sait que l’on y conduit à gauche et que votre année scolaire connaît ses grandes vacances pendant notre hiver.

Vous allez rentrer à l’école en plein milieu d’année dans des écoles où l’on parle une autre langue que la nôtre. 

Ça fait beaucoup de choses pour vous. Aussi hier midi lorsque j’aperçus deux petites filles souriantes en pyjama sur le petit écran de mon téléphone j’étais trop content. Elles étaient drôles et avaient envie de rire. Elles me parlèrent de cette nouvelle maison qu’elles habiteraient dès aujourd’hui, des chambres qu’elles avaient choisi, de la salle de jeux, de l’atelier, de la chambre d’amis.

Elles riaient et faisaient des grimaces et mon cœur de grand-père vibrait de bonheur à chacun de leurs mots. Miracle de ces technologies qui rapprochent les hommes. S’il n’y avait que ça à retenir de notre monde ce serait déjà bien.

Bien sûr qu’il y a quelque chose de fou à être obligé de traverser le monde pour aller travailler. En même temps ce n’est pas facile de creuser des tunnels et il y a des savoir-faire si particuliers qu’on comprend bien qu’on déplace loin les ingénieurs qui les maîtrisent.

Nos petits-enfants maîtrisent des langues que nous anonnons à peine et nous obligent à des efforts parfois vains. J’aurais passé deux ans à apprendre le néerlandais et au moment où je commençais à le comprendre, voilà qu’ils changent de pays. Ces mots étrangers qui me sont devenus plus familiers m’accompagnent et d’ailleurs je continue à les fréquenter un peu. 

Là, il faudra s’appliquer à l’anglais et à comprendre ces nouveaux accents, à connaître l’histoire et la géographie d’un pays paraît-il si beau. Se mettre à conduire à gauche. Nouveaux défis, nouvelles envies.

Ici notre vie a bien repris son rythme. Le temps fraîchit mais les heures chaudes de la journée restent chaudes. Mon jardin délivre encore quelques légumes et je le prépare à l’hiver et aux premiers légumes de printemps.

Dans mon village les travaux se succèdent et c’est un bonheur pour moi de voir des années de préparation se concrétiser. Déjà la place de l’église a vu disparaître un îlot de maisons qui la défiguraient et dans quelques mois l’église trouvera sa place au milieu d’un jolie place où la pierre aura remplacé le vilain macadam et où les arbres remplaceront les autos.

J’espère que le prochain mandat sera celui de la restauration de cette belle dame qui a bien souffert du temps. J’aimerais être l’un des artisans du renouveau de mon village et de son retour en beauté.

Après c’est une autre histoire car il y a entre-temps les élections.

Mais la fin des vacances ce sont aussi nos amis que l’on retrouve avec bonheur. Les cercles 

La vie de grands-parents a deux vitesses. L’été nous rend à nos enfants mais le reste de l’année reste plein de saveurs.

Notre époque est telle que pour les plus vaillant d’entre nous il y a quelques années où le temps nous est comme donné et nous y pouvons faire mille affaires sans se soucier qu’elles soient rentables...mais juste utiles ou agréables.

Grand bonheur que je partage avec quelques uns de mes lecteurs.

Voilà. Je voulais écrire ce matin avant toute autre chose. Maintenant je dois justement vaquer à ce quotidien.

La maison dort encore. ELLE a repris le travail et se repose encore d’une semaine fatigante. Notre petite chatte est venue me mendier quelques nourriture mais est bien vite repartie se reposer auprès de son amie endormie.

La journée promet d’être belle.

Bonne journée ami lecteur.