Chère amie lectrice, cher ami lecteur,

Ce petit billet est juste pour toi, pour te remercier de ta présence. Grâce à toi, j'ai de plus en plus envie d'écrire et mes matins démarrent souvent avec ce petit plaisir.
Mais d'abord, un petit préambule : Je me permet de te tutoyer, quel que soit ton âge et ta condition. Ne prends pas cette liberté comme une concession à l'habitude de l'époque où chacun tutoie chacune sans même connaître son nom. Non, je tutoie souvent ceux qui me sont familiers et en me lisant, parfois fréquemment, le plus souvent sans te manifester, tu es devenu un de mes familiers.
Je ne sais pas comment tu es parvenu jusqu'à moi : peu de blogs relaient le mien. Il faut dire que je ne suis jamais parvenu à relayer les blogs que je lisais moi-même; j'ai peu d'abonnés et il est rare que mes amis de Facebook partagent mes messages. J'ai quelques fois, par courrier, transmis mes pages à mes amis. Mais je n'ai pas voulu prolonger cet exercice au risque de paraître un peu trop vaniteux.
Vous n'êtes pas très nombreux à me lire mais vous le faites le plus souvent avec une très grande fidélité, malgré l'absence de toute illustration qui doit rendre cette lecture un peu aride.
J'aimerais, bien sûr, avoir un peu plus de notoriété, davantage de lecteurs, être relayé plus souvent. Mais c'est ainsi et la qualité de ceux qui me lisent et parfois se manifestent est la plus grande des récompenses et le meilleur des encouragements.
Je parle de si petites choses que je me demande souvent pourquoi elles peuvent présenter de l'intérêt pour d'autres que moi. Alors je me dis que, toi, tu dois aussi à ta manière vivre ces milliers d'expériences quotidiennes, ces petits clins d'œil du Bon Dieu qui rendent la vie tellement plus belle. Ce peut être une première raison.
Et puis il faut bien dire que tout, dans notre monde, n'est pas à la hauteur de ces petits miracles du quotidien. C'est peut-être un autre bon motif d'exercer notre regard à rechercher le beau.
Il m'arrive souvent de passer du temps, juste à regarder de beaux endroits, de belles choses, de beaux objets. L'idée même de ce regard gratuit m'autorise à me sentir très riche de tout cela.
Quand il m'arrive de parcourir les statistiques de mon blog, je m'aperçois que j'ai des lecteurs dans le monde entier. Ils viennent et parfois de l'autre bout de la terre partagent un peu de ma vie. J'aime cette idée.
Bref, tu l'as compris, tu es une raison supplémentaire, un bonheur de plus à honorer et je ne te remercierai jamais assez de ta fidélité.
Pour terminer cette lettre, je t'embrasse comme j'embrasse mes amis, et je te remercie de ta fidélité.
Passe une bonne journée.