279B6E4C-1EFD-4D82-99FB-F5EEA1AC6E7A

Comment ne pas se réjouir de ces petits matins d’avant-printemps ? Encore frais mais tellement lumineux et clairs avant que le changement d’heure ne vienne un peu en casser l’harmonie. C’est un dimanche et c’est carême et dans ce temps conjugué d’attente et de pénitence, le dimanche est un moment plus souriant. Au-delà de l’attention portée aux choses, tous les petits événements de la vie prennent une autre saveur.

Hier aux jardins familiaux c’était une matinée de travail partagé. Certains s’activaient à broyer deux années de cannes de jonc et de bois mort pendant que d’autres nettoyaient les parties communes où les parcelles sans jardiniers. Une serre a été plantée qui permettra aux jardiniers de faire leurs propres semis. Et un gros tas de broyât de bois devrait permettre de préparer les carrés des enfants. Un café partagé. Une atmosphère légère.

P.... est même venu, en chaise roulante, oublier avec ses amis un cancer qui le mine et dont tout le monde espère la fin. Le soleil était de la fête et les vêtements chauds s’accrochaient sur les piquets au fur et à mesure de la montée du soleil.

Dans les parcelles on s’active à planter et à terminer les préparatifs.

Dans le village le marché s’anime après l’hiver.

Plus important pour moi : Elle, revenait d’une semaine d’absence et de retrouvailles familiales. La séparation donne encore plus de force à la présence.

 Cette semaine a été une fête en Hollande où on a fêté les huit ans d’une petite princesse. Sa maman s’active à ses travaux de pâtisserie pour préparer l’examen. 

Notre aînée continue d’embellir sa maison de pierres dorées. En Australie notre dernier s’active à la recherche d’un appartement : La case « travail » est cochée, un travail bien « savant » dans un monde de technologies si nouvelles que j’ai du mal à suivre. Il reste un trouver un endroit un peu plus définitif que les colocations. Il reste encore à trouver le « sponsor », qui garantira une séjour de longue durée. Mais tout vient à point à qui sait attendre...

Et ce matin une image, affichée sur mon téléphone,  de bateau revenant au port m’indiquait un retour au foyer depuis les mers lointaines De notre marin-médecin.

Dans ma maison des couvreurs réparaient ce toit qui depuis quelques années prend l’eau de toutes parts et dotaient la fenêtre de toit d’un volet extérieur qui modérera les ardeurs du soleil au plus chaud de l’été. J’ai un peu de mal à « faire-faire » dans cette maison où beaucoup de choses furent l’objet de nos mains. Mais j’ai eu beaucoup de plaisir à voir travailler des ouvriers consciencieux et habiles.

Et si rien ne vient dissiper mes inquiétudes communales, le beau projet de rénovation du coeur de la ville avance et les premières esquisses présentées font rêver. Bien sûr il y a encore du chemin avant que l’on voit les premiers sols finis mais le lancement d’un tel projet est parfois plus ardu que sa mise en œuvre.

Mon blog est un peu plus silencieux en ce moment car j’ai mille choses à faire ou à finir. Mais promis, il va s’animer davantage.

Et si, pour te souhaiter un bon dimanche d’avant printemps, je t’envoie la photo de quelques fleurs de mon jardin c’est aussi pour que tu vois les mauvaises herbes de ma petite allée. Comme ça tu sauras tout...même mes retards.

Ami, lecteur fidèle, je te souhaite un bon dimanche.