EF15EF9B-5E06-4923-A37C-2C6F1363150D

Perchés au sommet de leurs boiseries........les anges d’or de la collégiale (qui porte leur nom) regardent avec bienveillance la famille rassemblée. Et les amis aussi. Nous sommes de ceux-là, Dieu merci !

...Quoiqu’on ne sache plus vraiment après tant d’années les limites entre famille et amis.

C’est un moment  triste mais aussi plein d’espérance. On enterre une épouse, une maman, une grand-mère, une amie qui a tellement passé de temps dans cette église qu’elle y est vraiment... chez elle.

Le religieux qui préside à la cérémonie est son fils, autour de lui, de nombreux prêtres sont là qui l’assistent, venus là par amitié. 

Au premier rang un homme seul.  C’est son mari : Après un si long mariage on est toujours trop seul quand l’un des deux s’en va. Certes il est entouré et se sait aimé de tous ceux qui sont là. Mais rien ne peut empêcher cette impression de solitude.

Pourtant le soleil brille sur le parvis de la belle église. Un soleil de printemps, un soleil de promesses et  de récoltes à venir. Beaucoup d’enfants. Quelques vieillards aussi. L’église est pleine. Çà et là j’aperçois des amis. Une église pleine.

Même si ceux qui sont là savent que la mort n’est qu’un passage, d’une vie sur terre à une vie ailleurs. Même si les plus âgés pensent qu’il n’auront peut-être que peu de temps à attendre avant de se retrouver. Même... et même... et même. Mais ces « même » ne suffisent pas à apaiser les cœurs.

Et l’office se déroule, une belle cérémonie. Un sermon plein de sagesse. Un sermon plein de tendresse. Avec des mots bien choisis qui résument une vie.

 

Et les anges sourient du haut de leurs boiseries. Ils savent que, chez les hommes, la vie à passer ensemble est bien trop brève pour ceux qui s’aiment. Ils savent aussi que le temps passe et que cette église en verra d’autres : des naissances, des baptêmes, des mariages et des enterrements. 

Ils savent que, dès la sortie de l’église, les langues se délieront et que larmes et sourires se mêleront. Et dans le jardin de la maison où s’est passé la vie de cette famille, les langues se délieront. On parlera. On se racontera ses vies, ses familles. On y échangera ses souvenirs et tout le monde partira au cimetière pour un dernier adieu. 

Ils seront là, les anges, à surveiller la fin de la cérémonie. Plus tard ils confieront chacun des présents à son propre ange gardien. Et tous retourneront dans leurs maisons et dans leurs vies. 

Vendredi nous sommes allés dire À Dieu à une amie, à une épouse d’amis, à une mère d’amis, à une grand-mère d’amis.

Vendredi nous avons été tristes, puis nous avons vite retrouvé ce germe d’espérance qui donne à la vie tous son sens.

Que Dieu  vous garde maintenant, Madame. Donnez du courage et de la patience à ceux que vous avez aimé.