C9BEAE9A-DEEF-4FBB-9F44-FD72942C271B

Il m’attendait, bien sage, lorsque je descendis du train qui me ramenait de Hollande. Un trajet de l’aéroport à la maison dans un des ces trains du soir qui ramènent chez eux des travailleurs fatigués. Il y a longtemps que je ne voyage plus ainsi. J’avais l’impression d’un retour longtemps en arrière. Les téléphones portables avaient remplacé les jeux de cartes ou les journaux. Il y avait quand même quelques lecteurs et quelques)uns qui parlaient encore entre eux. 

Pourtant en mon absence un événement a bouleversé la tranquillité de mon village. Je ne sais pas quel sera son retentissement. Il peut avoir sur ma petite vie une grande importance...un changement d’équilibres, une autre façon peut-être de voir mon quotidien.

Je ne sais. Nul ne sait. Dieu le sait.

J’étais content d’être en Hollande. J’étais content aussi de revenir chez moi. Dans le brouillard du matin... car les rivières sont chargées d’eau, je suis passé voir les travaux de la passerelle, puis j’ai fait le tour des rues, des attentes, des travaux. Toucher la réalité des choses, la vie dans ce qu’elle a de plus profond.

J’ai retrouvé jeudi ma petite permanence d’une heure à l’Eglise que j’avais désertée la semaine précédente.

Mon pays s’agite autour des hausses de carburant, colère légitime des gens modestes qui se sentent trahis ou abandonnés dans leur quotidien. Mais la vie se passe dans un autre quotidien fait de petits gestes, d’attentions, de délicatesses, de tendresse.

Nous sommes allés voir hier soir « Un homme pressé », une des ces histoires simples d’un cinéma que j’aime car il se joue dans le « possible », un film plein de cette sagesse du quotidien que j’aime à découvrir. Des personnages émouvants, parfois très adroits, d’autres fois plus gauches pour se dire les uns aux autres qu’ils s’aiment...ou même juste pour s’en apercevoir.

Je suis revenu ému, content de partager ces joies.

(Si tu vas voir ce film, mon ami, reste jusqu’au générique final. Il est plein d’humour et peu s’en aperçurent qui partirent dès le mot « fin » affiché sur l’écran.)

Aujourd’hui j’avais prévu d’aller à mon jardin que j’ai un peu délaissé à l’automne. Il y a aussi un beau rassemblement autour de la nature et de ses produits. J’aime ce rassemblement qui a pourtant parfois de ces côtés « militants et récupérateurs » que peut avoir l’écologie. Mais on y voit des gens passionnés de ce qui vient, qui va, qui vit sur la terre. Des espèces anciennes et oublies, des méthodes de culture ancestrale. Mon goût pour le naturel et la nature s’affine avec mon petit bout de potager. J’y découvre avec bonheur le plaisir de la terre qui donne d’autant mieux qu’on la respecte. J’y vois le Don de Dieu. J’y découvre la patience. J’y apprends le voisinage.

Quelques jardiniers expérimentés (encore trop peu) , d’autres comme moi, débutants. Un petit morceau de nature bien sympathique.

Mais il vient de mettre à pleuvoir. Belle occasion d’écrire !

Bon week-end !

 

 

 ....