FF87AAF2-3DC1-43CC-8721-EA871FE79B5B

..comme un souvenir peut tout à coup te surprendre. C’est le dimanche soir qui précède la rentrée. Mais c’est déjà ma rentrée de pensionnaire. Je ne me souviens plus qui m’a déposé à l’école, mais je me souviens de mon sac de sport en toile, écossaise à l’extérieur, qui me sert de valise. Je suis le premier à intégrer cette école. C’est moi qui ai demandé d’être pensionnaire. Je ne me souviens pas pourquoi. Et pourtant j’ai une énorme boule au ventre quand nous rentrons dans l’étude. Dans cette école, à chaque niveau la classe la plus grande sert d’étude aux pensionnaires. Les premiers rangs sont réservés à ceux pour qui ce sera également la salle de classe. Les autres rejoindront d’autres endroits. Je suis de ceux-là. Je serai dans cette classe le matin à l’étude qui précède le petit déjeuner, puis toute la journée, puis à l’étude du soir d’avant le repas, puis à celle du soir d’après le repas. Mon grand pupitre contient tous mes livres et tous mes cahiers. Je les ai reçu le premier jour et j’irai de temps en temps renouveler ceux qui seront épuisés.
J’ai le trac. Je ne connais personne et beaucoup se connaissent déjà depuis deux ans. Il y a peu de nouveaux. On les reconnaît comme moi à leur allure hésitante et gauche.
L’école est une ancienne propriété dont nous occupons toutes les parties anciennes transformées en salles de classe. Un énorme parc. Un petit lac. Je n’imaginais pas un espace si vaste.
Nous partons à pied au dortoir loin, dans un autre vieux château défraîchi lui aussi…si froid. Le chemin est long et silencieux sauf pour quelques « rebelles » qui chuchotent en silence profitant de la pénombre. 
Je suis au fond du grand dortoir. Je suis nouveau et mes voisins aussi. On a le droit de lire et le pion nous passe même un disque sur un électrophone. 
C’est la première fois que je ne dors pas chez moi. …
Pourquoi ce souvenir d’inscrit tout à coup dans ma mémoire ? Je l’ignore mais il emplit tout mon esprit et je pense que la nuit me fera revivre de nombreux moments.
Alors je te laisse, ami lecteur. Je te souhaite une bonne nuit.
Je t’embrasse.