30 septembre 2018

Enfin Malherbe vint...

Cher Monsieur de Malherbe, (*)   Vous auriez été fort déçu si vous aviez été parmi nous hier. Pas un ne se souvenait de vous, ni de cette « Rose » éphémère dont parlait votre beau poème. Pas un n’avait trouvé  (en quatre lettres): « Celle de Malherbe fut bien éphémère ». Pourtant il y avait là des gens fort sérieux, importants même. Vous les auriez croisés dans la vraie vie, vous les auriez trouvés bien sages et certainement bien instruits. Il faut dire qu’ils avaient à décharge des circonstances... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 19:09 - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 septembre 2018

Je continue ma petite histoire....

Redonner vie à un cœur qui s’est fatigué et qui semble sans ressource est une opération bien délicate. D’abord il faut mesurer l’étendue des dégâts, mille fois passer et repasser dans ces rues, regarder, interroger, consulter l’histoire. Ensuite il faut distinguer dans ce problème ce qu’il a de particulier. Est-ce que tous les cœurs de village meurent ? Est-ce qu’il faudrait s’y résigner comme on assiste avec tristesse à la mort annoncée de tous nos beaux platanes ? Il faut aussi « aller à la pêche »; trouver les endroits... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 20:57 - Commentaires [1] - Permalien [#]
26 septembre 2018

Renaissance d’un village.

Ami lecteur, Je me souviens d’une belle expression d’un ami prêtre qui disait qu’on n’épousait pas quelqu’un parce qu’on l’aime mais surtout pour l’aimer. Je crois qu’il en est ainsi pour tout ce que l’on aime ou que l’on veut aimer. Alors je vais te parler de mon village. Certains disent bien que c’est une ville à cause de son nombre d’habitants qui approche  10 000. Moi je préfère continuer à croire que c’est un village qui rayonne autour d’un vieux centre ceint de remparts eux-mêmes entourés de la rivière. Ce village, je... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 22:07 - Commentaires [4] - Permalien [#]
25 septembre 2018

Route...

  Presque 8 heures d’aller-retour entre deux points. 8 heures de réflexions, de demie  attention, de pensées insoumises, peut-être de prières. Savoir dans ce moment-là, lorsque l’esprit s’agite, lorsque l’on suit machinalement l’autoroute ...ce qui est distraction et ce qui est prière. Je ne sais pas prier. Le plus souvent c’est pour moi juste un acte de présence volontaire comme lorsqu’on veille un malade. On a simplement l’espoir que le sentiment d’une présence lui fera du bien. C’est aussi comme ça que les êtres... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 12:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]
21 septembre 2018

Alignés ce matin comme pour la parade mes amis...

...les mots néerlandais sont d’une humeur joyeuse. Leurs amis français se sont mis un peu en retrait et leur laissent prendre la parole. « Tu vois, Jacques, que tu avais raison de nous rester fidèle. » Je dois dire en effet qu’à l’annonce d’un retour anticipé de mes petits Bataves j’ai eu envie de renoncer et de laisser là un apprentissage difficile. Cette langue peu parlée est en effet bien lointaine de la nôtre et j’avoue peiner à l’apprendre. J’avais complètement bouclé le cycle d’une méthode d’apprentissage et ne... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 08:23 - Commentaires [2] - Permalien [#]
20 septembre 2018

Certains ont en partage...

  ...une confiance en soi et une assurance qui leur donnent une très grande efficacité dans la vie. D’autres, dont je suis, ont beaucoup moins de facilités à trouver le bon chemin, la bonne méthode et hésitent davantage à s’engager dans une direction précise. Ça peut aller jusqu’à l’inhibition complète. Pour peu...et c’est encore mon cas, qui sont gauches et maladroits dans leurs apprentissages la vie peut devenir un vrai calvaire. Heureusement pour eux, il y a parmi cette caste de défavorisés, certains sujets qui ont en... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 septembre 2018

Comment expliquer ce sentiment un peu confus...

Il suffit que quelqu’un qu’on aime se rappelle à notre mémoire pour que tout à coup tout ce qui nous entoure se transforme. L’air devient plus léger, le ciel plus clair et même si c’est pour apprendre des choses difficiles cette intimité vient mettre l’émotion au plus profond de soi. Qu’importe le moyen de communication : une lettre, un mail, un coup de téléphone ....ou juste un petit coup de télépathie. C’est vrai pour les vivants....c’est vrai aussi pour ceux qui sont « vivants ailleurs. »..partis rejoindre un autre... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 septembre 2018

Un jour ordinaire : apologie du mariage

   Ce jour au matin pluvieux et à l’après midi qui s’ensolleille à nouveau a pu paraître à chacun un jour, somme-toute, ordinaire. Pourtant il n’en est rien pour moi. Ce jour est en effet le jour anniversaire d’une longue aventure commencée il y a pas mal de temps. J’aime les anniversaires. Ils sont une occasion joyeuse de se rappeler des bonheurs, ou de constater que des malheurs d’autrefois ne sont justement plus que des.... souvenirs de malheurs. C’est pour moi l’occasion de parler d’une institution, bien malmenée... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 16:02 - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2018

Trois petits enfants sages...

...Vont retrouver ce matin le chemin de l’école. Je les imagine sans peine. Le temps est gris ce matin sur la ville. Ils ont chacun leur petit imperméable dans ce pays où la pluie n’est plus un problème mais juste une réalité. Chacun d’eux est sur son petit vélo et avance au rythme de la maman dans le triporteur qui contient le quatrième, qui ne rentrera pas encore cette année.  S’il n’y a pas de changement majeur, c’est le dernier trimestre qu’ils passeront dans cette école. Ensuite c’est encore l’inconnu. Mais ce matin ils... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 09:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 septembre 2018

Minh chau pham ti.

  En ce matin de rentrée d’école, je pense à toi qui fus je crois mon premier amour écolier. C’était en 7ème. Allez savoir pourquoi on disait « septième« quand d’autres disaient CM2 ! Tes parents tenaient à Paris un restaurant chinois ou vietnamien...en tous cas asiatique. Ça s’appelait je crois «  la table du mandarin ». J’ai juste passé l’année à te trouver belle et je n’ai jamais fait partie de tes camarades de jeu. Je n’osais pas. Mais à la fin de l’année, enhardi, je t’ai demandé de signer une carte postale... [Lire la suite]
Posté par nic153 à 06:02 - Commentaires [1] - Permalien [#]